Nelly Weaver est en lice pour le Prix des Auteurs Inconnus, dans la catégorie « romance ». Elle se souvient avec simplicité de sa réaction quand elle a su qu’elle était sélectionnée pour le Prix :

J’ai été ravie de faire partie de cette sélection !

C’est parti pour une interview autour de son parcours, de son œuvre, et de Emmène-moi à l’océan, son livre en lice.
Vous avez auto-édité le premier tome de votre série Toi. Moi. Et les étoiles en janvier 2017. Elle en compte six, et vous avez enchaîné avec cinq autres romans. Vous êtes une auteure prolixe ! Comment êtes-vous venue à l’écriture ?

En effet, Toi. Moi. Et les étoiles a été une surprise même pour moi ! Je n’avais pas prévu d’écrire une saga avec 6 tomes (aujourd’hui 7 grâce au spin off de Hayden), mais je me suis simplement laissée porter.

C’est une histoire qui me tenait beaucoup à cœur, les drames vécus par certains personnages m’ont percutée dans ma vie personnelle. Si j’ai commencé à l’écrire de manière thérapeutique pour m’aider à faire face à mes démons, une amie m’a ensuite poussée à le publier. Une décision qui a radicalement changé ma vie !

Néanmoins, aujourd’hui j’écris de manière beaucoup moins intensive. Une fois lancée, j’ai ressenti le besoin de me recentrer sur ma famille. Aujourd’hui je joue le rôle de maman et instit. Nous pratiquons l’IEF (« instruction en famille ») pour mon petit crapaud atteint de multi troubles « dys » et de TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité).

Si mon métier d’écrivain me tient toujours très à cœur, je me suis donné comme objectif d’écrire un roman par an afin de tout concilier.

Vos écrits puisent donc leurs racines dans votre expérience ?

Oui, mes sources d’inspirations c’est la vie !

Pour Toi. Moi. Et les étoiles, c’est une blessure profonde que j’ai romancée. Des morceaux de mes propres douleurs que j’ai transportées pour en faire quelque chose de beau avec, cette fois, un happy end.

Pour Emmène-moi à l’océan, c’est mon petit crapaud, l’amour inconditionnel d’une mère pour son enfant. Les thèmes ce sont des instants de la vie, tout simplement.

Happy end, amour maternel… et romance : est-ce que la romance correspond à vos goûts de lectrice ?

J’aime beaucoup la romance en effet ! Mais je lis beaucoup d’autres genres et ne m’interdis donc pas un jour d’essayer l’écriture dans un autre registre, ça, l’avenir nous le dira.

J’affectionne particulièrement Colleen Hoover, Jennifer L. Armentrout et Lilly Haime. Leurs plumes m’ont toujours transportée sans un raté. Elles sont pour moi des valeurs sûres.

Parlez-nous de Emmène-moi à l’océan. Le livre met en scène des personnages très tranchés : Aiden, macho ; Lina, indépendante… avez-vous voulu camper des types humains tranchés pour mieux les malmener ?

Emmène-moi à l’océan c’est l’histoire d’une mère prête à tout pour son enfant. Une histoire qui m’a été inspirée directement par mon fils. Des bêtises que j’ai retranscrites dans ce roman viennent directement de lui ! Et puis j’avais le besoin de mettre des mots sur l’amour maternel sous toutes ses formes. Ma famille est très importante pour moi alors c’était un passage obligé. Mais je ne voulais pas d’une histoire facile, alors oui, j’ai pris le parti de faire du tranchant entre mes personnages. Ils sont uniques chacun à leur façon. Ils vont s’apprivoiser pour apprendre à voir plus loin que les apparences. Et peut-être qu’en creusant un peu, ils vont se rendre compte qu’ils sont bien plus liés qu’ils ne l’imaginent.

Aiden est passionné de surf… et vous ?
J’ai une profonde fascination pour l’océan, mais je n’ai jamais mis un pied sur une planche ! J’ai simplement mis des mots sur ce que je ressens moi-même pour l’océan en me mettant à la place d’une personne qui a voué sa vie à cet élément.

Comment êtes-vous venue à l’auto-édition ?

L’auto édition est venue comme une évidence. Quand j’ai pris la décision de me publier, l’idée même de céder mes droits à une maison d’édition m’était insupportable. Alors en fouillant un peu j’ai découvert cette façon de promouvoir mes livres moi-même. Et j’ai sauté le pas !

Aujourd’hui, je pense que je n’ai jamais pris une meilleure décision que celle-ci. Je dirige chaque détail et je n’ai pas à me battre pour me faire entendre si jamais nous ne sommes pas d’accord sur un point.

Aujourd’hui, je vis confortablement de mes écrits, je n’ai donc rien à envier à une maison d’édition. Je passe par un distributeur qui distribue mes ebooks sur toutes les plateformes numériques et je suis distribué en papier par le réseau Hachette partout dans le monde. Une maison d’édition n’aurait rien à m’offrir de plus.

Évidemment ça m’a demandé du temps, mais à force de travail on finit par trouver les ficelles qui nous aident à obtenir le but recherché ! Le chemin est long et j’ai appris grâce à l’expérience très enrichissante des formations que j’ai acquises auprès d’auteures américaines, elles restent maîtresses dans le domaine de l’auto-édition. Évidemment, il faut bien comprendre l’anglais. Mais on peut alors accéder à des formations vraiment excellentes, sous forme de vidéos payantes, comme par exemple celles de Melissa Storm. J’ai investi par exemple dans celle sur la stratégie de lancement qui a été une véritable mine d’or pour réussir à coup sûr la sortie d’un roman !

Plutôt qu’auteure « auto-éditée », vous êtes donc une auteure indépendante. Vous avez dit que vous publiiez un livre par an : en ce moment, quels sont vos projets ?

Pour ce qui concerne mes projets, il y en a beaucoup ! J’écris actuellement une romance à suspense qui frôle le dark. Je suis actuellement au troisième tome et encore une fois, j’ignore combien il y en aura ! Je commencerai à la publier quand j’aurai terminé de l’écrire entièrement… moins d’attente douloureuse pour les lectrices !

J’ai aussi les spin off de Toi. Moi. Et les étoiles qui vont continuer à voir le jour. Hayden est sorti en août et suivront Jenny, Greg… et d’autres à découvrir !

Enfin, on m’a également beaucoup réclamé des spin off à Emmène-moi à l’océan et j’étais réticente, mais j’ai fini par craquer ! Les habitants de la maison de Big Sur vont donc eux aussi avoir le droit à leur propre histoire !

Ce qui fait un bon paquet de projets, que j’ai hâte de vous faire découvrir.

Pour suivre l’actualité de Nelly Weaver,  rendez-vous sur :

Partager :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.