4ème de couverture : 

Occitanie, début du XIIIe siècle. L’hérésie cathare gagne du terrain. Est-elle une cause à défendre, ou un fléau à abattre ? Dans un récit choral teinté d’inexorable, les uns affûtent leurs arguments, les autres leurs lames. Et si beaucoup ont déjà choisi leur camp, il n’y aura pas de place pour les indécis.

Auteur : Patrice Quélard – Auto-édition – 353 pages – Genre : roman historique

Avis membres du jury :

La plume de l’auteur est vraiment recherchée. D’un rythme soutenu, il essaiera de coller au plus près à l’ambiance de l’époque et cette écriture est très visuelle. Sous forme de récit choral, les histoires se dévoilent avec beaucoup de parcimonie.

Un roman qui sert plutôt à planter le décor. J’ai eu du mal à toujours m’immerger. L’écriture est très réaliste et l’auteur arrive à nous rendre l’ambiance de l’époque.

Ma Voix Au Chapitre

C’est fait de manière très intelligente, si bien que j’ai apprécié ma lecture : je mentirais en disant que je n’ai pas été impressionnée. Je l’ai été, vraiment, et j’aurais adoré l’adorer. Mais j’y ai pris un plaisir essentiellement intellectuel. Or, un roman ne m’accroche vraiment que si un de ses ressorts est l’émotion. Certes, j’exagère en disant qu’il n’y en a pas : elle est présente au travers de l’amour paternel, des émois de Poncia et Bernat…

DéjàLu.fr

Je vous avoue que j’ai énormément de mal à vous transmettre mon ressenti sur ce livre ! Je ne sais pas trop par où commencer et je ne sais pas trop comment vous l’expliquer !!!

Il y a tellement de choses à dire et en même temps synthétiquement parlant pas grand chose… Pas simple hein Les Loulous… Non, pas simple. Le verbe est haut, les mots sont dans un français très correct voire soutenu. Ça plaît à l’œil et c’est assez beau.

Patrice Quélard nous plonge directement dans un ensemble descriptif. Avec des personnages, nombreux, des caractères différents, des idéologies différentes, des habits, des lieux, des atmosphères lourdes et assez sombres.

C’est très bien fait, on arrive à complètement s’immerger dans cette époque et ressentir les différences, les lieux qui d’ailleurs encore à ce jour sont chargés d’histoire et de traces laissées par cette époque. Le sud-ouest, toute une entité, toute une culture, berceau de nombreux conflits, où la nature n’a pas fini de nous livrer ses secrets…

L’instant des lecteurs

Ce roman, lu dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019, je l’avais retenu dès les phases de sélections. A cela, plusieurs raisons. Le thème tout d’abord. L’histoire des Cathares m’a toujours fascinée. Bien que je ne sois pas fan au point de me plonger dans tous les ouvrages sur le sujet, le mystère qui entoure, aujourd’hui encore, cette partie de l’Histoire, m’a appelé. Seconde raison, et non des moindres, le style. Dès les dix premières pages, aucune faute de goût. Le style est soigné, recherché et agréable à lire. Et la suite de la lecture ne m’a pas déçue, bien au contraire.

Quand Ophé Lit

Si le contexte et la précision historique sont indéniablement passionnants, j’ai eu énormément de mal à rentrer dans l’histoire. J’avoue que j’ai eu du mal à discerner une intrigue à suivre au-delà du contexte historique. Même si certaines histoires émergent, le lien entre elles peine à se faire et du coup l’ensemble manque de cohérence.Il y a aussi beaucoup de rhétorique et de théologie. Si l’effort de reconstitution historique est intéressant et vraiment réaliste, le tout demeure un peu lourd pour moi et au final ces débats sans fin entre les deux parties ont fini par me lasser.A l’inverse l’histoire de Poncia et de sa famille m’a beaucoup plus intéressée et j’aurais aimé que le roman se concentre plus sur cette partie et la développe davantage.

Aurore au pays des livres

Il y a tout dans ce roman, en tout cas tout ce que j’aime et ce que j’attends d’une lecture.
Il est exigeant et se mérite, il ne se laisse pas découvrir sans un minimum d’effort.
Les personnages sont nombreux et complexes, le contexte historique est parfaitement documenté et détaillé, ce qui nécessite une certaine concentration au moment d’aborder les premiers chapitres de cet ouvrage.

Un café, un bon livre

Une plume dont les mots sont choisis avec une extrême délicatesse, un rendu érudit qui nous propose un style que l’on ne croise pas tous les jours. Patrice Quélard, grâce à la qualité de sa plume, apporte une touche historique en plus à ce premier tome. Bravo. Je salue tout le travail de documentation de l’auteur pour rendre ce premier tome aussi crédible. Patrice Quélard soigne et détaille ses descriptions.
Satine’s books
J’ ai vraiment adoré l’histoire, les personnages, le contexte historique le tout fort bien documenté, argumenté. Bref j’ai vécu à cette époque au travers de la plume de cet auteur. Je vais vite lire la suite.
Catherine Mariuzzo
Chaque chapitre est une scène cousue main avec une ambiance très spécifique et quand on abandonne un moment certains personnages pour en suivre d’autres, il est toujours facile de les retrouver ensuite tant la qualité émotionnelle des séquences est forte.
Les Chroniques de l’autoédition
J’ai apprécié le style et l’écriture de Patrice Quélard, recherchés, aboutis, il a un grand talent. Il a très bien su adapter ses mots avec l’époque, tout en les expliquant à la fin du livre. Il a un vocabulaire très riche, des phrases très bien construites, le lire est vraiment très enrichissant sous tous les points de vue. Il rapporte et décrit très bien les différents enjeux sociétaux de l’époque, le climat social, la pauvreté du peuple contre l’extrême richesse du pouvoir.
Marie-Nel lit
Wow ! J’ai pris une véritable claque en lisant ce premier tome ! Ca faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman historique aussi bien documenté et bien écrit.
Porteuse de pluie sur Beltane lit en secret

By Edwige

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.