Présentation de Sandrine, jurée dans les catégories Littérature blanche et Imaginaire

Sandrine de Un café un bon livre

Sandrine de Un café un bon livre

Jurée dans les catégories :

Littérature blanche
Imaginaire

Retrouvez-la sur :

Comment es-tu devenue blogueuse littéraire ?

Un peu par hasard, suite à ma présence assidue dans les groupes de lecture. Une présence pas toujours appréciée par certains membres car je ne brille pas par ma diplomatie et que je ne pratique pas la pseudo-bienveillance. Pour moi, la bienveillance c’est justement de dire les choses franchement. J’ai également modéré et administré des groupes de lecture, un gros en particulier. Aujourd’hui, je gère un petit groupe, pas que de lecture, qui se veut plus une réunion entre amis (on s’est tous connus sur ces gros groupes d’ailleurs) où on rigole et qu’on ne cherche surtout pas à faire grandir.

Pourquoi souhaiter faire partie du PAI ?

J’ai fait l’an dernier de magnifiques découvertes, des livres que je n’aurais pas forcément ouverts.  Je n’ai aucune limite en lecture, je peux lire en général de tout, de la plus sombre des bouses au plus grand classique, du témoignage people au roman le plus fantastique… J’aime avant tout découvrir et me laisser surprendre.

Cette année, je suis dans deux catégories : blanche et imaginaire. J’ai rejoint la catégorie imaginaire cette année un peu sur le tard et je ne regrette absolument pas ce choix, qui me pousse hors de mon confort littéraire.

Je participe régulièrement aux lives lecture organisé par la page La vie et les mots gérée par mon amie auteur Kalya Ousmane. Cela dépend de mes envies du moment, mais sur les derniers lives, j’ai essentiellement parlé de livres lus dans le cadre du Prix.

Mini portrait chinois

Couverture du roman La Case de l'oncle Tom de Beecher Stowe, édition bibliothèque verte

Si tu étais la couverture d’un livre...

Celle de La case de l’oncle tom, version bibliothèque verte. Elle a marqué mon enfance, le livre aussi. L’un des premiers livres qui m’a touchée, qui m’a remuée. Je l’ai lu ensuite en version non adaptée pour les enfants.

Couverture du roman Au bonheur des Dames d'Emile Zola

Si tu vivais dans un roman...

Au bonheur des dames de Zola. Je crois que le « si » est de trop en fait… Il suffit de me voir débarquer dans un magasin de tissu ou de laine. Zola doit rigoler de là où il est et se dire que les femmes n’ont pas changé (cela devait surtout être un fin observateur pour saisir de la sorte les petits travers de ces dames à une époque où elles étaient si peu considérées). Toujours est-il que je perds la raison dès que j’arrive dans un magasin où se trouvent du tissu, de la laine, du fil. Mais c’est malheureusement aussi valable pour une librairie, un magasin de sport, d’articles de patinage…

Si tu étais une citation...

Il fait chaud non ?

Paulo Coehlo

Aucune citation en fait, j’exècre ces tableaux sirupeux qui fleurissent sur le net et les réseaux sociaux.

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.