Sandrine de Un café, un bon livre

Blogueuse littéraire

Sur mon groupe de « parias des groupes littéraires », Julie a parlé du prix et de la recherche de jurés. J’ai répondu qu’avec ma réputation, j’étais sûre de ne pas être choisie : je n’ai pas la langue dans ma poche et j’aime mettre un peu le boxon sur les groupes Facebook… au sens où quand je trouve qu’un livre est mauvais, je n’ai pas pour habitude de prendre des pincettes pour le dire et je n’ai pas pour habitude de préserver les sensibilités ô combien exacerbées de certains auteurs. Et puis Euloge (alias « Mon futur ex » sur Facebook), le chroniqueur le plus redouté de tout Facebook, avec qui j’ai administré un groupe de lecture, m’a convaincue.

Le PAI

J’ai toujours aimé lire et surtout découvrir, m’éloigner des sentiers battus. Je peux lire de tout, de la pire des bouses à la huitième merveille du monde. Tous les genres aussi. Je suis persuadée que c’est en lisant de tout que l’on se forge une réelle culture littéraire, qu’on se créé une échelle de valeur et de comparaison. Je suis souvent appelée aussi sur les groupes « le détecteur à bouses » lol.

La littérature blanche / La littérature noire

Je suis juré en littérature blanche et noire. Pourquoi ? Parce que même si je lis de tout, cela reste mes catégories de prédilection. La blanche me semble la catégorie la plus variée.

Si j'étais un écrivain...

Guillaume Musso… non je déconne… Un illustre inconnu qui ne demande qu’à être découvert, l’un de ces indés talentueux qui peuplent Amazon mais qui doivent sortir de la nasse des bouses. Si on parle vraiment des plus connus, Marcus Malte.

Si j'étais un personnage de roman...

Quasimodo. J’ai appris à apprivoiser un physique pas toujours facile.

Si ma vie avait un titre de livre ?

Au bonheur des dames. Cette euphorie dans un magasin de laines ou de tissu, c’est tout à fait moi.

Partager :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.