Interview : Aboubakri Sao

Aboubakri Sao est en lice pour le Prix des Auteurs Inconnus, dans la catégorie « littérature de l’imaginaire ». Sa réaction quand il a su qu’il était sélectionné pour le Prix :
Évidemment, je suis très heureux ! Ça a été une belle surprise, c’est toujours valorisant d’être sélectionné pour participer à un prix littéraire.

C’est parti pour une interview autour de son parcours, de son œuvre, et d’Ultimate Terra Nova, son livre en lice !

Vous avez participé à une anthologie de nouvelles, mais Ultimate Terra Nova est votre premier roman. Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Depuis petit, j’ai toujours aimé lire, c’est donc tout naturellement que des histoires ont commencé à germer dans mon esprit. Et à 14 ans, j’ai décidé de les écrire. Pour l’anecdote, je me rendais chez mon frère pour écrire sur son ordinateur, j’enregistrais mes écrits sur des disquettes !

Vous écrivez de la littérature de l’imaginaire. Est-ce que cela correspond à vos goûts de lecteur ?

Je lis un peu de tout, je ne suis pas du tout fermé ! De la fantasy (Le Seigneur des anneaux, Le Nom du vent, Eragon, etc.), du fantastique (Harry Potter, Le Livre sans nom, La Ligne verte, etc.), de la science-fiction (Le Loup des étoiles, Dune, 1984, etc.), mais aussi des classiques (Les Misérables, L’Assommoir, L’Alchimiste, etc.).

Quelles sont vos sources d’inspiration ?              

Concernant Ultimate Terra Nova, je suis clairement inspiré par l’univers des mangas ! One Piece, Bleach, Naruto, Hunter X Hunter, DBZ, et j’en passe ! Il y a également l’univers de Final Fantasy qui m’a beaucoup influencé. (Au passage, FF7, FF9 et FF10 sont des pépites !)

Avez-vous des rituels d’écriture ?

J’écris principalement la nuit, mon esprit s’éveille quand tout le monde dort. Je mets mes écouteurs sur mes oreilles (peu importe le genre de musique) et c’est parti !

Parlez-nous de Ultimate Terra Nova.

Mon roman se déroule dans le futur (2035) au Japon. Nous suivons Kadaj, un jeune homme de 18 ans qui fait partie d’un clan. Il possède un Néo Cerveau, lui procurant des aptitudes spectaculaires. C’est aussi un Électromancien qui se doit de garder son identité secrète, sous peine d’être poursuivi par l’État qui considère ces individus exceptionnels comme dangereux. En compagnie de ses amis, Kadaj devra faire face à d’autres clans, au gouvernement et à Ragnarök, une milice extrêmement dangereuse.

Votre roman est présenté comme un « roman manga ». De fait, l’univers japonais est très présent et finement dépeint. Mais qu’est-ce qu’un roman manga, au fond ?

Pour moi, un roman manga est une histoire écrite sans images et qui s’inspire des codes mangas Shonen (jeune héros, vivant séparé de ses parents, doté de capacités hors normes, qui véhicule des valeurs comme l’honnêteté, le courage, l’amitié, tout cela peut s’apparenter à un voyage initiatique). De ce fait, en lisant Ultimate Terra Nova, vous ressentirez certainement cela lors des combats, dans les prénoms utilisés, dans les dialogues et dans les lieux où l’histoire évolue.

Votre roman pourrait être adapté dans d’autres formats, notamment en BD ou en manga. Est-ce que vous y pensez en écrivant, ou est-ce que c’est un travail qui serait séparé du travail d’écriture ?

Il pourrait aisément être adapté en manga, car lorsque j’écris, c’est exactement de cette manière que mon esprit se l’imagine ! Ce serait un rêve de voir aussi ce roman adapté en animé (qui sait, la vie est pleine de surprise). Et c’est pourquoi j’ai été très content de participer à l’élaboration de la couverture du roman. Réalisée par Ryuk qui a parfaitement réussi à illustrer ce que je voulais.

Les liens comptent beaucoup dans votre roman : camaraderie, trahison, amis, ennemis. Comment l’observation du monde qui vous entoure nourrit-elle votre imaginaire d’écrivain ?

Il est difficile de faire abstraction de notre environnement, qu’il soit familial, social, sociétal, il y a donc forcément une partie de cela dans nos écrits. Mais comme dit précédemment, pour ce roman manga, mon imagination est avant tout puisée dans les mangas.

Ultimate Terra Nova est édité par les Editions Treizième Lune. Comment avez-vous rencontré votre éditeur ? Avez-vous envisagé de passer par l’auto-édition ?

C’est dans un forum d’écriture que j’ai vu que David Beraud (mon éditeur) venait de créer sa maison d’édition. Je lui ai donc envoyé mon roman. Intéressé, nous avons discuté par téléphone et nous nous sommes tout de suite entendus ! J’ai signé très rapidement, et depuis, notre aventure formidable continue.

Je n’ai jamais envisagé l’auto-édition. Pour moi, cela nécessite beaucoup trop de travail, et forcément, j’aurais moins de temps pour écrire.

Quels sont vos projets avec Treizième lune ?

Éditer la trilogie d’Ultimate Terra Nova. Le tome 2 est sorti en mai 2021 ! D’ailleurs, je remercie tous les lecteurs pour leurs retours positifs, je suis content qu’il vous ait plu encore davantage que le premier ! Pour la suite, ne vous inquiétez pas, je ne vous ferai pas attendre longtemps, le troisième et dernier tome est prévu pour cette fin d’année ! J’ai également écrit un autre roman fantastique, Le Nouveau Monde, qui est en cours de lecture dans la maison.

Pour suivre l’actualité d’Aboubakri Sao,  rendez-vous sur :

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.