Il faut toujours se dire au revoir d’Emmanuelle Schaedelé Giroire & Caroline Gaynes – Chroniques

Sélection
Littérature blanche

Il faut toujours se dire au revoir

Auteur : d’Emmanuelle Schaedelé Giroire
Co-auteur : Caroline Gaynes
Editeur : Et ma plume – 318 pages –
Genre : Histoire vraie

Quatrième de couverture :

« Je ne pensais pas que quelqu’un puisse m’aimer autant, moi l’arbre planté au milieu des vignes.
Pourtant, une fillette me contemplait chaque été.
Par un beau matin ensoleillé, devenue une jolie jeune femme, elle est apparue avec son fiancé.
Elle lui parlait de moi avec une tendresse infinie.
Je les ai aperçus souvent, faisant mille projets.
Puis un jour, elle est revenue seule, dévastée, ne m’accordant plus franchement d’intérêt.
Elle ne cessait de pleurer.
Les promeneurs évoquaient son drame avec une telle tristesse, que je ne voulais pas y croire… »

Une histoire vraie, empreinte d’émotion et de sérénité.
Une ode à la vie pour ceux qui traversent une épreuve difficile.
Pour les autres, une leçon de courage et d’humilité.
Il faut toujours se dire au revoir.

Avis des jurés de la catégorie

Ce témoignage vous fait passer par les différentes étapes du deuil, avec pudeur et sans exhibitionnisme.

JeffDeBourges

Un récit très candide et jeune, celui de leur rencontre dans un style assez maladroit, et un style plus travaillé presque poétique pour exprimer le ressenti d’Emma le jour des funérailles.

CocciClelia

cette autobiographie, lue dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2022, est touchante, mais devrait être sérieusement remaniée afin de montrer son potentiel.

Dominique

C’est un beau récit, il est autoédité ce qui explique les petites maladresses de style que l’on peut rencontrer, mais le contenu est tellement profond qu’on les oublie.

Marie

L’autrice s’est servie de l’écriture comme catharsis – et quelle difficulté d’écrire sur le malheur d’une vie – et a aussi fait de son livre un témoignage utile pour les personnes confrontées au deuil

Reading Unicorn

Donc, cette histoire est évidemment triste et intense. Je ne vais pas mentir, c’est difficile à lire, surtout quand on sait que tout ce qui s’est passé est vrai

Em Nicholls, du blog : Em Nic Books

À la fois douce et émouvante, sa plume comme celle de sa co-auteure, nous entraîne dans toutes ses étapes du deuil, parfois abrupte et agressive, parfois résiliente.

Sonia de Voyage au coeur des livres

L’écriture est brute, pleine d’émotions, et même poignante. On peut ressentir la douleur, la peine, le besoin d’écriture.

Marjo.lit

Ce texte est émouvant certes puisqu’il s’agit, je le rappelle, d’une histoire vraie, mais le problème réside plus dans la forme que dans le fond.

Myriam du blog Les avis de MYRLIT

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.