La Confrérie de l’échelle d’Eric Lambert – Chroniques

Sélection
Littérature blanche

La Confrérie de l’échelle

Auteur : Eric Lambert
Editeur : Ex Aequo Editions – 150 pages –
Genre : Récit historique

Quatrième de couverture :

Mars 1652
Au milieu du XVIIe siècle, Alexandre d’Embrelat, un jeune homme d’à peine dix-huit ans, se met en tête de retrouver les mercenaires qui ont assassiné son grand-père et son père dix ans plus tôt. Sachant bien qu’il ne peut conduire sa quête seul, il forme un équipage aussi hétéroclite que complémentaire. Ensemble, ils devront découvrir les activités secrètes de son aïeul avant de se confronter aux arcanes de la politique menée par le Cardinal Mazarin. La Fronde, avec ses intrigues, complots et autres conjurations, refait surface et le jeune enquêteur risque de compromettre, par son enquête, la paix civile qui vient d’être conclue par le premier des ministres du tout jeune roi Louis XIV.

Mais pour une raison qu’il ignore, le Cardinal décide de laisser Alexandre continuer ses investigations, au risque de faire remonter à la surface des secrets qu’il serait préférable de garder enfouis.

Durant cette aventure, Alexandre devra faire preuve de sagesse, de ruse et d’habileté, épée en main. Ses amis seront là pour l’y aider, avec bienveillance, n’en doutons pas.

 

Avis des jurés de la catégorie

Mais attention, je suis loin d’avoir détesté cette lecture : je l’ai, au contraire, beaucoup appréciée comme un roman de détente, facile à lire, qui nous plonge dans l’atmosphère du XVIIe siècle et nous entraîne facilement dans la quête de la confrérie.

Reading Unicorn

Il manque juste un peu de densité pour me faire passer de la lecture agréable au livre marquant. Le style est simple, le vocabulaire également mais l’histoire est intéressante. Je me suis tout de même prise au jeu de l’enquête.

Sandrine de Un café, un bon livre

J’interprète donc La confrérie de l’échelle, en quelque sorte comme un « prologue » […] d’une histoire qui devrait gagner en profondeur et en péripéties. Pour ma part, j’ai bien envie de découvrir la suite de l’histoire d’Alexandre et de vérifier si l’auteur a gagné en confiance et en prise de risques.

Lire, Ecrire et Partager

J’attendais le départ de leur quête avec impatience, dans un roman de cape et d’épée, quoi de mieux que des trahisons et des combats ? J’ai malheureusement trouvé que cela manquait d’énergie, d’intrigues, de combats, et que le dénouement était trop simple.

Audrey

Puis, petit à petit, j’ai été prise dans l’histoire, j’ai suivi tout ces personnages au fil de l’histoire et j’ai beaucoup aimé.

Anaisbookine

Je reconnais ne pas être adepte de romans de cape et d’épée mais “La Confrérie de l’échelle” était une agréable surprise, comme quoi il ne faut pas juger un livre à sa couverture.

Myriam du blog Les avis de MYRLIT

Ce livre a été très agréable à lire, un style fluide, travaillé, mais qui toutefois est émaillé par des erreurs de temps, des passages sans explications entre passé simple et présent.Ce roman pourrait être présenté comme un roman historique et trouverais un bon public auprès d’adolescents friands d’aventures, de cape et d’épée.

CocciClelia

Je pense que l’auteur a un potentiel certain.[…] Un peu plus de réalisme, un peu moins de bienveillance trop sucrée, un peu plus d’ambivalence, cela m’aurait paru plus attractif.

Dominique

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.