LIRE, ÉCRIRE et PARTAGER

LIRE, ÉCRIRE et PARTAGER

Jurée dans les catégories :

Littérature noire
Littérature blanche

Retrouvez-la sur :

Le PAI 2022, les prix littéraires et toi !

As-tu déjà été chroniqueuse ou jurée pour un Prix Littéraire ?

Non.

Alors le PAI est ta première expérience en la matière. Qu’est-ce qui t’a donné envie de nous rejoindre ?

J’ai eu envie de vous rejoindre d’abord, car je suis une lectrice assidue (entre 80 et 100 livres par an) et il me semble avoir la capacité de recul pour analyser un livre (j’ai suivi sur le tard des études littéraires : Deug et licence de lettres modernes). Mes genres de prédilection en tant que lectrice sont les livres historiques, les thrillers historiques, les récits de vies, les témoignages d’expériences vécues, les récits sur la seconde guerre mondiale et la Shoah. Mais je suis ouverte à plein d’autres choses en parallèle.

Deuxièmement, car dans le cadre de mon activité libérale que j’ai créée entre 2009 et 2021 (statut d’autoentreprise), j’ai assumé les fonctions d’écrivain conseil® (adhérente du Groupement des Écrivains Conseils®), biographe pour particuliers et conseil en communication écrite (pour le compte de particuliers, entreprises, associations, structures institutionnelles).

J’ai, dans ce cadre, été amenée à écrire des livres pour mes clients (récits de vies, témoignages, ouvrages plus professionnels) soit à partir de manuscrits, d’interviews, de documents historiques soit à partir de tous ces éléments réunis. J’ai aussi été amenée à faire des lectures critiques de tapuscrits qui m’étaient proposés à des fins de publication. Et pour certains d’entre eux, j’y ai apporté de nombreuses corrections de fond et de forme avant d’accompagner les auteurs dans leurs recherches d’un éditeur potentiel en fonction du genre et de la cible de lectorat souhaitée.

Troisièmement, car je suis aujourd’hui à la retraite et que je dispose de temps pour me consacrer à la lecture, à l’écriture, mais aussi à l’accompagnement – via des jurys littéraires – d’auteurs inconnus en quête d’un débouché pour leurs œuvres.

Enfin, j’estime que certains auteur·e·s méritent d’avoir une chance de faire connaître leur travail, afin qu’ils soient reconnus mais aussi afin de diversifier les offres bien souvent trop standardisées des éditeurs.

En vous rejoignant, je n’espère rien de spécial. Aider, accompagner, tout en assouvissant ma passion : LIRE.

Tu es jurée en Littérature Noire et en Littérature Blanche. Pourquoi ce choix ?

Blanche, car je pense qu’il y aura plus de diversité ; Noire, car c’est un genre que je méconnais en termes de lectures mais qu’il m’intéresse de découvrir.

La lecture et toi !

Pourquoi avoir décidé d'écrire des chroniques de lecture ?

J’aime bien partager mes avis sur les livres que je lis. Je m’aperçois que ceux-ci sont souvent commentés et que bien souvent, ils donnent envie à d’autres de découvrir les livres. D’une manière générale, je tente de mettre en avant les aspects positifs, évoque également les points faibles (de mon point de vue), donne un ou deux extraits, voire accompagne mon avis d’un article ou d’une vidéo présentant l’auteur·e afin que mes lecteurs voient s’ils se sentent en affinité avec l’auteur·e et le thème abordé.

Sur Facebook, je fais également partie de nombreux groupes de lectures (par exemple : Les obsédés textuels ; les Lectures de Flo ; Lire, rêver et voyager ; Au bonheur des livres…) pour découvrir de nouveaux auteurs et de nouveaux ouvrages, pour accéder à des textes inédits non publiés, pour me cultiver et ouvrir ma réflexion sur différents thèmes. Dans ce cadre, je suis également amenée à partager mes publications sur des livres lus ou mes commentaires sur des livres présentés.

Alors parle-nous de tes lectures.

Quel livre emporterais-tu sur une île déserte et pourquoi ?

Sur Babelio, j’ai indiqué les six livres que j’emporterais sur une île déserte dont le premier : Le nom de la rose de Umberto Eco car il s’agit d’un thriller historique (mon genre privilégié) et parce qu’il dénonce le rôle de l’Eglise dans la confiscation du savoir. Pour moi, les livres doivent pouvoir être accessibles au plus grand nombre.

Les autres titres sont : La vérité sur l’affaire Harry Québert de Joël Dicker (pour la façon si pertinente dont est évoquée le travail de l’écrivain) ; Les piliers de la terre de Ken Follett (car c’est une fresque historique superbe et que je suis une fan inconditionnelle de cet auteur) ; Le parfum de Patrick Süskind (car cette histoire m’a bouleversée et que l’écriture en termes de descriptions y est particulièrement réussie) ; Germinal de Zola (pour la chronique sociale de l’époque et la verve de l’écrivain) et enfin Le choix de Sophie de William Styron (car c’est une belle histoire d’amour dans le contexte douloureux de la seconde guerre mondiale et que ce choix-là est absolument bouleversant).

Quel livre as-tu l'impression d'être la seule à aimer ? Et qu'est-ce que tu as aimé dedans ?

Difficile à dire. Je respecte tellement les choix des autres… Chacun a son parcours de vie, son âge, ses goûts.

Quel livre as-tu l'impression d'être la seule à ne pas aimer ? Et qu'est-ce que tu n'as pas aimé dedans ?

Génie divin de Guillaume Dustan lu pendant mes études littéraires. J’ai détesté car trop voyeuriste et vulgaire. Parmi les livres que je n’ai jamais réussi à terminer car trop long et ennuyeux : A la recherche du temps perdu de Marcel Proust ou encore L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante. Cela me désole. Peut-être tenterai-je de m’y coller une nouvelle fois, mais j’ai tant d’autres livres à lire…

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.