Corinne, alias Dame Couette

Corinne,
alias Dame Couette

Jurée dans la catégorie :

Littérature noire

Retrouvez-la sur :

Le PAI 2022, les prix littéraires et toi !

As-tu déjà été chroniqueuse ou jurée pour un Prix Littéraire ?

C’est ma première en tant que jurée pour un Prix Littéraire (en tant que jurée tout court même).

J’ai cependant fait partie de comités, notamment pour le prochain numéro de l’Indépanda et j’ai chroniqué leur dernier numéro sorti.

Si le PAI est ta première expérience en la matière, qu’est-ce qui t’a donné envie de nous rejoindre ?

Un prix qui promeut les auteurs indépendants, ou à faible diffusion, c’est pile dans mes convictions !

Tu es jurée en Littérature Noire. Pourquoi ce choix ?

J’ai aimé lire grâce à Agatha Christie, que je lisais exclusivement au départ, puis je me suis ouverte à d’autres auteurs de polars ; tout en ne choisissant que des romans policiers. C’est en vieillissant que j’ai commencé à élargir mes genres littéraires. La catégorie Imaginaire m’attirait aussi, mais je sais que je n’aurais pu lire deux romans par mois… Du coup j’ai privilégié le genre où je suis le plus à l’aise et sûrement plus critique.

La lecture et toi !

Pourquoi avoir décidé d'écrire des chroniques de lecture ?

Lors du premier confinement, j’ai repris mon blog afin d’aider, à mon petit niveau, les auteurs indépendants.

Comme j’aime lire, c’était le meilleur des sujets à partager.

Alors parle-nous de tes lectures.

Quel livre emporterais-tu sur une île déserte et pourquoi ?

Il y en a quelques-uns mais puisqu’il n’en faut qu’un : Rififi au collège, oui c’est un roman jeunesse mais je ne m’en lasse pas, je le relis souvent.

Et c’est le seul livre que j’ai aimé lire à l’époque où je n’aimais pas ça.

Quel livre as-tu l'impression d'être la seule à aimer ? Et qu'est-ce que tu as aimé dedans ?

Eh bien je ne saurais dire s’il y en a un.

Quel livre as-tu l'impression d'être la seule à ne pas aimer ? Et qu'est-ce que tu n'as pas aimé dedans ?

Matt Dubois, tome 1 : Les citrouilles ne sourient jamais, de Ludovic Metzker.

Malgré une trame de fond hyper originale, une idée de malade, des personnages bien ficelés, je trouve qu’il y a des incohérences dans les pistes et dans les actions des enquêteurs qui m’ont gâché mon plaisir. C’est dommage car il est vraiment agréable à lire.

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.