Agnès de Lisez du polar

Blogueuse littéraire

L’aventure numérique a commencé pour moi il y a 3 ans : l’envie de faire partager mes carnets de lecture à d’autres lecteurs s’est présentée un peu comme un jeu, une nouvelle distraction. Il a fallu combattre quelques réticences, celle de ne pas avoir sa place, de ne pas être crédible, de ne pas intéresser. Mon compte bookstagram n’avait pas alors de réelle identité.

Lisez.du.polar a pris son essor il y a un peu plus d’un an : j’ai pris conscience de l’importance de ce nouvel univers dans mon quotidien, j’ai eu besoin de lui créer une identité plus forte. Des liens se sont créés avec d’autres blogueurs, des auteurs. Les chroniques se sont étoffées. Je travaille désormais quotidiennement sur mon compte (lecture, écriture de chroniques, stories…) et je m’impose la même rigueur que dans mon activité professionnelle (je suis enseignante).

Le PAI

Tout comme le cinéma, l’univers du livre connaît ses « blockbusters », des romans qui bénéficient d’une mise en avant importante de la part des maisons d’édition, mais également des blogueurs via leurs chroniques. Je participe moi aussi à cette mise en lumière mais j’essaye également d’offrir à des auteurs peu ou pas connus une fenêtre vers de nouveaux lecteurs. C’est cette même volonté que j’ai retrouvée dans le PAI.

La littérature noire

Mon nom de compte est ma plus belle réponse : lisez du polar ! La littérature noire est entrée dans ma vie au début de l’adolescence, vers 12 ans, et ne m’a jamais quittée. Mes goûts se sont affirmés et affinés à l’âge adulte (j’adore par exemple les thrillers historiques) mais j’aime beaucoup me laisser surprendre en tant que jurée par des titres ou des styles atypiques vers lesquels je ne me serais pas spontanément dirigée.

Si j'étais un écrivain...
Umberto Eco, sans hésitation : il a profondément marqué ma vie de lectrice. Le Nom de la Rose reste pour moi une référence absolue.
Si j'étais un personnage de roman...
Martin Servaz, commandant de police emblématique des romans de Bernard Minier. Il incarne pour moi l’image de ces flics urbains, solitaires, perfectionnistes, obsessionnels, confrontés à leurs propres démons. Profondément humain (et féru de littérature !), ses valeurs d’engagement, de loyauté, de persévérance sont aussi celles auxquelles je crois et que je souhaite transmettre à mes enfants.
Si ma vie avait un titre de livre ?
Entre deux mondes, d’Olivier Norek. Ma vie s’organise aujourd’hui entre deux univers dans lesquels je m’épanouis complètement : celui de professeur des écoles auprès de mes élèves de CP et celui de blogueuse littéraire spécialisée dans le polar.
Partager :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.