4ème de couverture : 

Nokomis a enfin atteint l’âge requis pour partir en quête de son totem et ainsi devenir véritablement un membre du clan du corbeau blanc. Malheureusement, sa vie bascule le jour où elle se retrouve possédée par un wendigo manipulateur et extrêmement violent.Réussira-t-elle à s’en débarrasser sans s’en prendre à ceux qu’elle aime ?

Auteur : Elfydil – Auto-édition – 724 pages – Genre : fantastique

Avis membres du jury :

Deux parties distinctes présentent d’une part les protagonistes avec chacun ou chacune son rôle, son clan, en mettant en évidence le chamanisme. Tout cela était bien présenté et promettait une évolution obscure, lugubre, sinistre, mais ceci est devenu assez asphyxiant (pour la longueur et le manque de dynamisme) et la plume de l’auteure n’est pas captivante ce qui ne m’a pas permit de m’accrocher à aucun des personnages malgré les aventures douloureuses rencontrées, les blessures imposées à Nokomis et ses amies .

Mes Chroniques Littéraires – Le blog d une passionnée de lecture

Non mais 700 pages ! Il faut y donner du dynamisme ! Et très honnêtement il y a des passages qui aurait pu être raccourcis ou carrément supprimés. Il y a énormément de longueurs. Franchement ça a été très difficile de terminer ce livre. Pourtant l’idée de base était bonne, j’étais emballée… Mais en pratique ça ne l’a pas du tout fait pour moi. La romance prend trop de place, il y a trop de longueurs, et il y a plein de passages incohérents qui m’ont rendue plus que perplexe.

Les livres de Flo

Il y a vrais soucis de construction dans ce premier tome. L’autrice a voulu en mettre trop et l’ensemble ne marche pas.

Enchaînons sur l’univers qui, ma foi, est assez sympathique. L’autrice montre qu’elle a fait des recherches et nous proposons quelque chose plutôt sympathique pour un monde « population native américaine like ».

L’univers dark fantasy colle très bien avec les dilemmes qui torturent les personnages et principalement l’héroïne. Cependant, cet ensemble manque de « punch », toujours à cause de la plume.

Xian Moriarty – Autrice & Blogueuse SFFF

l’univers créé met en avant les superstitions, les relations humaines conflictuelles et parfois hors norme mais aussi des créatures surprenantes comme les animaux totems et bien entendu le « héros » du jour : le Wendigo. Cette créature surnaturelle, maléfique et anthropophage, issue de la mythologie des Amérindiens algonquiens du Canada n’a que peu sa place dans la littérature fantasy et c’est bien dommage. L’utiliser ici m’est apparu comme un signe d’originalité au départ.

Hélas, car il faut bien en arriver là, ce roman n’a tenu pour moi aucune de ses promesses. Limiter le Wendigo à un sinistre démon « possesseur » de sa victime ne m’a pas convaincue. Même s’il apporte de la complexité au personnage de Nokomis du fait de sa lutte intérieure pour ne pas se laisser déborder par sa haine et sa violence, elle n’en devient cependant jamais attachante ou même touchante dans ses débordements. Bien entendu, il s’agit d’une dark fantasy donc je n’attendais pas de guimauve mais ce roman m’a mise mal à l’aise dans sa texture, son contenu et aussi hélas dans sa plume qui reste trop immature encore.

Les passions d’Aely

Dès les premières pages, j’ai été facilement immergée dans cet univers, j’ai aimé l’ambiance, le dépaysement, la culture amérindienne, les différents clans et régions … L’écriture est simple et plutôt fluide, ça m’a rassurée car il s’agit quand même d’un beau bébé de 700 pages.

aure972.975

J’ai beaucoup aimé ma lecture. Le clan du corbeau blanc est un roman de dark fantasy un univers hyper original. Dès les premières pages, j’ai été happé par cet univers inspiré de la culture amérindienne. J’ai aimé découvrir les différents clans, leurs légendes, mais j’ai surtout aimé l’ambiance qui s’assombrit au fil des pages. Le mythe du wendigo est bien traité. L’autrice arrive a bien décrire la possession, la manière dont le wendigo se manifeste et les réactions de l’héroïne quand cela arrive. L’histoire est vraiment très intéressante, addictive et par moment assez complexe.
Les livres de Nancy
Malgré les remarques que j’ai pu faire précédemment, ce fut une lecture plutôt agréable et rapide malgré l’épaisseur du roman, et j’ai passé un très bon moment. J’avoue que quand j’avais le temps d’ouvrir le roman, j’avais aussi du mal à le poser après. Certaines nuits furent courtes. Il y a donc, pour moi, beaucoup de potentiel mais encore du travail à faire…
Lectures familiales
Partager :

By Edwige

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.