4ème de couverture : 

En quelques jours, les événements s’étaient enchaînés à une vitesse incroyable. Leur grand-père avait été hospitalisé brutalement, il était décédé, le notaire avait jeté un trouble dans la famille, les quatre petits-enfants s’étaient mis à ranger la maison, à découvrir une pièce tenue secrète, à trouver deux vieux manuscrits, à passer des heures à trier les documents, à partir en Provence puis à Grenade… Et ils étaient maintenant à Istanbul !…
Qu’est-ce qui relie la création du monde, des chevaliers du Moyen-âge, un ouvrier typographe et ses petits-enfants ? Danse, danse, montagne agile est un roman d’apprentissage et de transmission qui fait se côtoyer l’astronomie et la musique, un voyage initiatique pour parvenir à un monde ignoré.
Un long chemin vers le bonheur

Auteur : J.-F. Leger – Editeur : ELD – 283 pages – Genre : feel good

Avis membres du jury :

J’ai également trouvé que l’histoire était assez simple. La découverte d’indices et les voyages s’enchaînent très facilement, et pour moi, ça manque un peu de profondeur et de cohérence.

Ceci dit, comme je l’ai mentionné plus haut, ce n’est pas pour autant un mauvais bouquin. J’ai passé un bon moment de lecture, surtout grâce à l’écriture de JF Léger.

Porteuse de pluie sur Beltane lit en secret

Si l’intrigue m’a bien plu sur certains points, je reste quand même dubitative sur certaines choses : la lecture du résumé m’a clairement fait penser à un roman style Da Vinci Code. Je raffole des quêtes, des chasses aux trésors, des énigmes brulantes qui renversent le cours de l’intrigue… C’était parfait pour moi ! Malheureusement, même si j’ai été piquée au vif par les recherches, le style plutôt jeunesse a eu raison de ma patience ainsi que les longueurs qui se multiplient au fil de la lecture. J’avoue que j’ai encore un goût amer en bouche… Le style marque plutôt une aventure entre quatre cousins et cousines, j’ai trouvé que cela ne collait pas forcément avec le cadre mis en place. C’est vraiment dommage.

Les thématiques abordées sont super chouettes ! L’astrologie, le cosmos, les planètes mais aussi la musique et la littérature. C’est vraiment top. C’est tout ce que l’on peut attendre dans ce genre de roman. Pourtant, cela passe, pour moi, au second plan…

Satine’s books

J’étais assez enthousiaste à la lecture de l’extrait proposé et contente de le lire en entier. C’est vrai j’avais un peu tiqué sur la dernière phrase de la quatrième de couv et je n’avais pas tout à fait tort.Je vous explique pourquoi ma lecture est mitigée.

Catherine Mariuzzo

C’est un roman qui se lit avec les oreilles écarquillées. Comme quand on ouvre grand les yeux dans l’obscurité totale… là, c’est pareil, mais avec le son.

L’auteur n’y va pas par 4 chemins : en quelques pages, il nous a décrochés de la cacophonie ambiante et nous a propulsé dans un espace-temps universel, imprégné de paix, d’amour et d’harmonie. En un instant, il a tissé l’histoire merveilleuse d’un monde de vibrations où tout est interconnecté : l’astronomie, les mathématiques, la musique, les tartines de beurre saupoudrées de chocolat.

Quand je suis entrée dans cette histoire, il s’est créé un certain silence en moi.

Qui m’a laissée respirer.

Les Chroniques de l’autoédition

Le livre a une belle écriture et l’auteur arrive à nous immerger dans ces mystères enfouis dans deux manuscrits.
Cependant les nombreuses références aux textes philosophiques et autres sont un peu trop nombreuses à mon goût et parfois j’avais du mal à rester concentrée sur ma lecture.

Aurore au pays des livres

J’ai aimé plonger dans le cœur même du Livre et son « industrie ». Dans sa texture, la mise en page, son traitement, ses valeurs, ses capacités, son érudition. Le mystère qui entoure la quête d’Hippolyte. Ces matières telles que l’astronomie, les sciences, la physique, l’art, etc.

Le style d’écriture de ces passages m’a entrainé, m’a envoûté. Quel ne fut pas ma surprise de bloquer à chaque fois que je revenais au présent aux côtés des enfants et des petits enfants d’Hippolyte !

L’instant des lecteurs

Ce fut une bonne lecture, j’en attendais certainement trop, car le résumé me faisait penser un peu à un Da Vinci Code, mais ce fut tout de même un bon moment de lecture. Comme quoi, je me dis toujours qu’il ne faut pas lire le résumé avant d’ouvrir le livre, pour ne pas se faire d’idée ou placer la barre trop haut, et à chaque fois, je ne m’écoute pas ! Il va falloir vraiment que je le fasse…

Marie-Nel lit

By Edwige

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.