Couverture du roman : On y voit une femme encapuchonnée, qui porte un masque et dont toute la peau est couverte. Elle se tient à la proue d'un navire qui affronte des vagues gigantesques. Au loin, on aperçoit des récifs et les éclairs d'un orage.

Les eaux du temps

Icône de la catégorie Imaginaire : une licorne

Les eaux du temps

Thomas Weill

À vingt ans, Tara découvre par hasard une pile de lettres jalousement gardées par ses parents, et signées de la main d’Aydan, son frère disparu par-delà les déferlantes des Eaux Tueuses.

Inexplicablement, ces feuillets semblent avoir été écrits des siècles en arrière, à un âge où l’Archipel n’est pas encore rongé par les pluies acides ni, pollué par la vénalité humaine.

Guidée par ces mots et l’espoir impossible de remonter le temps à son tour pour retrouver Aydan, la jeune femme s’engage dans un périple semé d’embûches jusqu’aux confins du monde connu. Encore lui faudra-t-il dénicher un capitaine de navire assez dérangé pour la mener aux Eaux Tueuses…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut