Présentation de Karine, jurée pour les catégories Littérature noire et Littérature blanche

Karine de Karine Harry Bouquinent

Karine de Karine Harry Bouquinent

Jurée dans les catégories :

Littérature noire
Littérature blanche

Retrouvez-la sur :

Comment es-tu devenue blogueuse littéraire ?

La lecture m’accompagne depuis gamine. C’est une passion et un besoin. Au départ c’était une activité plutôt solitaire et puis j’ai découvert toute une vie autour de mes lectures. J’en parlais sur mon compte Facebook perso et puis j’ai décidé il y a deux ans d’y consacrer un autre compte Facebook, Karine Harry Bouquinent. Ça me permet de partager mes coups de cœur, mes ressentis mais aussi de découvrir ceux des autres.

Pourquoi souhaiter faire partie du PAI ?

J’ai participé il y a quelques années à un jury littéraire dans le cadre d’un salon et ça m’a bousculée dans mes habitudes de lecture et ça a été un enchantement. Depuis j’ai participé à d’autres jurys, organisés par des sites internet et aussi par les Maisons de la Presse. Le PAI a la particularité de sortir des sentiers battus, de mettre en avant des auteurs dont on ne parle pas suffisamment et c’est une très bonne chose. Si je peux apporter ma modeste pierre à l’édifice, ce serait un énorme plaisir.

Mini portrait chinois

Couverture du roman : Mémé dans les orties d'Aurélie Valognes

Si tu étais la couverture d’un livre...

Je dirais… Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes.

C’est clairement la couverture qui m’a poussée à lire ce livre. Très probablement pour la nostalgie des repas heureux autour d’une table.

Et encore aujourd’hui, lorsque mes yeux tombent sur un bout de tissu à carreaux rouges et blancs, je pense de suite à ce roman.

Couverture du roman : Pars vite et reviens tard de Fred Vargas

Si tu vivais dans un roman...

Alors, ce serait « Pars vite et reviens tard » de Fred Vargas.

J’aime beaucoup l’ambiance de ce Paris, avec ses personnages hauts en couleurs. Notamment Joss, ce crieur des rues, qui découvre et partage les étranges lettres qu’il retrouve dans sa boite à messages.

Et puis, secrètement aussi, parce que ça me plairait beaucoup, alors que je déambule dans les rues, d’entendre un crieur nous délivrer des messages. On est d’accord, j’opterais pour des messages plus optimistes que ceux de Joss.

Couverture du roman : Enfermé·e de Jacques Saussey

Si tu étais une citation...

Enfermé.e de Jacques Saussey, pour cet échange :

Je peux vous appeler Virginie ? Bien sûr je me suis battue pour ça

Jacques Saussey

Cette citation évoque à la fois le combat, la détermination et le courage de Virginie. Mais aussi, enfin, la reconnaissance de qui elle est profondément. C’est une rencontre entre la Virginie qui sommeillait en elle et la Virginie que les autres découvrent au grand jour. C’est tout simplement beau et porteur d’espoir.

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.