Lauréats du Prix des Auteurs Inconnus 2018

Après une année à découvrir des titres, tous aussi intéressants que les autres, quelques coups de cœurs de nos chroniqueurs, il est temps pour nous de vous annoncer les Lauréats du Prix pour la session 2018.


Félicitations à Cécile Pommereau, lauréate de la catégorie Imaginaire avec son roman Immortel Ad Vitam

Fred n’est pas un loup-garou, ni un ange gardien. Il n’est pas de ces pâles suceurs de sang qui font tomber comme des mouches des lycéennes au brushing impeccable. D’ailleurs, tout le monde sait que ces bestioles-là n’existent pas. Fred a un physique banal et les poches trouées. Il n’arrive pas à garder une fille plus de trois semaines et sort de prison. Pour couronner le tout, c’est le jour où il essaie de se foutre en l’air qu’il apprend qu’il est immortel. Fred n’a pas de chance. Jean, lui, est flic. Il pensait avoir tout vu après trente ans passés a la Crim’. Mais voilà qu’un beau jour, un de ses cadavres se paye le luxe de se tirer de la scène de crime. Pour lui c’en est trop et il est bien décidé à le retrouver. Il ne manquerait plus qu’il parte en retraite avec une affaire non élucidée…

Félicitations à Marine Gautier, lauréate de la catégorie Romance avec son roman Au cœur du Loch – La légende d’Iseabail et Keir

L’Écosse, ses îles et ses histoires.
Dans un pays encore marqué par les rébellions jacobites, Andrew, ancien Highlander, tente d’élever seul ses deux filles : Iseabail et Moira. Au travail de la terre se succèdent les escapades secrètes au bord des Lochs. La famille s’y retrouve autour d’un air de cornemuse, savourant les contes de leur lande.
Sous la surface ondulent les mythes.
Cependant, l’apparition d’un être de légende bouleverse l’une des sorties de la famille McAndie. Craignant pour la vie de sa jeune sœur, Iseabail s’élance vers l’esprit aquatique et se fait engloutir avec lui au fond des eaux sombres.
Un sacrifice peut-il changer tout un destin ?

Félicitations à Frédérique Hoy, lauréate de la catégorie Littérature blanche avec son roman Devine qui est mort ?

La flûtiste renommée Albane de Morange a tout pour être heureuse : un homme qui l’aime et qui partage sa passion, un appartement chic à Paris, une vie réglée comme du papier à musique. Si elle n’a pas d’enfant, c’est pour une raison bien précise, cette raison même qui fait qu’elle a rompu avec sa famille il y a longtemps. Le jour où, en plein concert, la musicienne frôle la mort, la mélodie s’arrête. Albane décide de renouer les liens avec les acteurs d’un passé douloureux qu’elle n’a jamais eu le courage d’affronter. Après deux romans noirs, Frédérique Hoy signe ici un drame familial, original et émouvant.

Félicitations à Mary Sara, lauréate de la catégorie Young Adult avec son roman Anima – Les enfants

Au pays de Ryatil vit Evahny, une jeune fille dont la curiosité ne connaît aucune limite. Elle ne cesse de questionner sa mère Sorhia, reine de cette contrée, sur le monde qui l’entoure mais plus encore sur la fameuse Quête de la Moitié. De jour en jour, la petite fille ressent un vide qu’elle ne peut décrire et comprend bien que sa vie risque d’être chamboulée… Elle et son frère Sajyel découvrent en réalité qu’ils font partie de l’ultime Quête de l’Anima. Une tradition qui trouve ses origines au sein du peuple des Thuatyls et qui lie chaque existence à un Anima, la moitié d’une âme, son souffle, son essence même. De son côté, la reine s’interroge sur l’imminence de la Quête, étonnamment précoce pour ses enfants. Avec l’aide de son mage de bataille Thanius, elle doit les préparer aux dangers de la Quête… Accompagnés de Lekhal, un Élu déchu, Evahny et Sajyel devront accomplir leur destin et rétablir l’équilibre d’un monde sous le joug d’une malédiction vieille de vingt ans…

Félicitations à O. Nadaco, lauréat de la catégorie Littérature noire avec son roman A(i)mer

Bronx, New York, 2005,

Il est des rencontres qui marquent à jamais, gravées au fer rouge dans le cœur comme la brûlure d’une cigarette sur le derme.

Une plaie refermée sur des démons, enfouis en vous pour toujours. Vivre avec en silence, survivre dans l’oubli, expier, comme une malédiction…

Et si pour la première fois d’une vie sur le fil, il était possible d’apaiser les tourments ?

Mais qu’en ce matin de février, votre passé frappait à votre porte et s’en prenait à votre seul ami et allié ?

Et si vous aviez tué la seule personne qui ait su vous aimer ?

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.