Interview : Audrey Martinez

Audrey Martinez est l’auteur du roman Contre vents et marées: L’amour peut-il surmonter toutes les épreuves?, concourant dans la catégorie Romance.

Comment vous est venu l’idée de votre roman « Contre vents et marées » ?

En fait « Contre vents et marées » est un préquel. Ce n’est pas du tout une histoire indépendante. Lorsque j’ai écrit « Maintenant et à jamais » mon premier roman, je suis tombée amoureuse de deux personnages secondaires: Marta et Jack, qui sont les parents de mon protagoniste: Ian. Ce second roman n’était pas du tout prévu, j’avais d’ailleurs écrit une autre histoire qui devait être publiée juste après MEAJ. Mais rien à faire, je n’arrivais pas à quitter mes personnages. J’avais évoqué leur vie dans MEAJ, leur rencontre, leurs difficultés, cette grossesse inattendue. J’avais envie d’approfondir ce bout de leur vie. J’ai donc écrit « Contre vents et marées ».


Vous abordez des thèmes particulièrement difficiles à travers cette histoire tout comme dans votre 1er roman « Maintenant et à jamais » ? Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

J’aime les tranches de vie, les histoires qui se rapprochent de nos vies à nous, même si forcément, elles sont plus romancées. Les lecteurs peuvent se reconnaître de temps à autre. Tout le monde connaît les chagrins d’amour, le deuil, les soucis familiaux etc. J’aime l’émotion et je dois toujours ajouter des touches de drame dans mes histoires, car c’est aussi ce qui fait vibrer, ce qui aide à avancer et à positiver. Je veux que le lecteur vibre, rit, pleure, aime, tout comme mes personnages, parce que c’est ça la vie.


Y a-t-il une dimension autobiographique dans ce livre et vos autres romans ?

Absolument pas. Même s’il peut y avoir des éléments personnels: l’attentat de Nice, mon amour pour ma ville, ou de petits détails minimes, mes romans sont des œuvres de fiction et ne reprennent ni ma vie ni les personnes que je côtoie. 

Votre genre littéraire de prédilection semble être la romance. Qu’est-ce qui vous attire et inspire dans ce genre? Envisagez-vous d’en essayer d’autres ?

Je crois que je suis une grande sentimentale.J’aime les belles histoires d’amour, alors c’est assez naturellement que je me suis tournée vers ce genre de roman. Je ne suis pas certaine de pouvoir écrire un livre sans histoire d’amour, même secondaire!

J’adorerais écrire une saga fantastique, mais je manque cruellement d’inspiration à ce niveau-là. Je crois que c’est un genre dans lequel il faut être vraiment original et s’éloigner un peu de ce qui est vu et revu. Alors ce ne sera pas pour tout de suite, mais un jour peut-être…

Combien de temps consacrez-vous à l’écriture dans la journée ? Des moments privilégiés ? Avez-vous une méthode particulière pour écrire un livre ? Avez-vous des ficelles, des trucs, des manies, des objets fétiches, etc. ?

Je n’écris pas tous les jours. Loin de là, je n’en ai pas le temps! Lorsque j’écris un roman, ça me prend un mois environ. Bien sûr, au préalable, je me suis attardée sur le plan, les personnages etc. J’ai dégrossi le travail avant de me lancer dans l’écriture pure. Je suis incapable de me lancer dans un roman sans avoir préparé mon plan, mes personnages etc à l’avance.

En général, je profite de mes vacances d’été pour boucler un premier jet. Par contre, au cours de l’année, je relis, je corrige, je modifie etc après le travail, le soir et lorsque j’ai quelques minutes de libres. 

J’utilise une méthode pyramidale. J’écris d’abord une phrase qui résume l’histoire. Puis je développe cette phrase en une page en ajoutant les obstacles principaux. Puis chaque phrase de cette page est ensuite développée en une page à son tour. J’y ajoute les personnages, les points importants, les rencontres, disputes, événements qui bousculent le récit.

A côté de cela, je crée des fiches pour chaque personnage, voire des arbres généalogiques si nécessaire. J’ai aussi repéré de vrais lieux à Nice ou alentours pour mes romans (car les 4 premiers se déroulent dans mon Sud). 

Lorsque tout est prêt, je crée un plan chapitre par chapitre avec une phrase qui résume ce qu’il va contenir ou l’élément important. Je connais rarement la fin à l’avance. J’ai toujours plusieurs idées et je la découvre souvent lorsque je finis mon livre.
Enfin, j’écris en musique. Le silence total a tendance à m’angoisser.

Quels sont vos auteurs préférés et quel est le dernier livre que vous avez acheté avant de répondre à cette interview ?

J’ai plusieurs auteurs que j’aime beaucoup : Charlie Wat, Virginie Grimaldi, Thomas Raphaël, Christian Jack… Le dernier livre acheté est « Sur ma liste » de Rosie Blake. 


Quelles sont vos passions en dehors de l’écriture ?

La lecture bien évidemment. Je lis tous les jours, même si je suis fatiguée. J’adore m’évader. Je suis aussi assez manuelle. J’aime fabriquer des choses, j’ai récemment ouvert ma boutique en ligne sur laquelle je propose des bijoux, marque-pages et housses de livre. J’aime créer. Mon côté artiste probablement. 🙂 


Pouvez-vous nous parler de vos prochains projets d’écriture ?

Je suis en train de finaliser la suite de « La valse des souvenirs ». C’était une histoire en deux parties. Elle paraîtra au printemps. J’ai aussi un cinquième roman qui devrait paraître avant l’été. Il faut que je le relise et que je le corrige, mais il est déjà écrit. L’histoire abordera un thème qui me tient particulièrement à coeur depuis des années et j’ai mis beaucoup de temps à le terminer. J’espère qui diffusera largement son message.

Enfin, finissons ensemble façon portrait chinois 😉

Si vous étiez une sensation, vous seriez ? La chaleur du soleil sur la peau en dehors des mois d’été
Si vous étiez un son, vous seriez ? Le bruit des vagues
Si vous étiez un vœu, vous seriez ? Être heureuse et épanouie tout simplement

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :