Interview : Marine Gautier

Marine Gautier est l’auteur du roman Au coeur du Loch: La légende d’Iseabail & Keir, T1, concourant dans la catégorie Romance.

Bonjour Marine, parlez-nous de vous! Qui êtes-vous, votre métier, en dehors de celui d’être auteur, votre parcours…

En plus d’être auteure, je gravite essentiellement dans le monde du livre. Anciennement photographe, je suis aujourd’hui directrice éditoriale, relectrice et graphiste dans trois maisons d’édition. Je passe donc mes journées à lire et pour le travail, et pour le plaisir ! J’ai commencé par créer un forum d’écriture et en quelques mois j’avais franchi le cap de la publication puis peu à peu je me suis immergée dans l’univers du livre sans jamais en ressortir. À côté de ça, je vis tranquillement dans le sud de la France, avec mon mari, mon monstre de  9 ans et notre ménagerie ?

Qu’est ce qui vous a donné envie d’écrire ? Que représente l’écriture pour vous ? Avez-vous un rituel ?

Je pense que c’est la lecture qui m’a donné envie d’écrire à mon tour et le besoin de s’évader, d’inventer de multiples vies quand on ne peut en vivre qu’une. L’écriture représente l’accomplissement pour moi, c’est dans cette voie que je me suis enfin trouvée. Pas vraiment de rituel pour écrire, mais je suis quelqu’un de très organisé donc je ne me lance pas sans plan et généralement je suis plus productive le matin tôt !

Pourquoi avoir choisi d’écrire de la romance ?

Parce que je suis un vrai cœur d’artichaut. Que ce soit dans les films, séries ou livres, j’aime quand il y a une histoire d’amour. Impossible donc de ne pas en mettre dans mes propres romans !

Vous êtes également auteur de nouvelles. Pouvez-vous nous en parler ? Dites-nous un peu de quelle manière vous approchez ces deux genres et surtout dans lequel vous vous sentez le plus à l’aise ?

En fait j’ai commencé par des nouvelles car un roman est un travail de longue haleine. Écrire des nouvelles me sert principalement de terrain de jeu et d’apprentissage pour exercer toujours plus ma plume. J’adore travailler avec des thèmes imposés et surtout des deadline (sinon je ne finirais jamais rien !). Cependant, j’ai tendance à laisser mon esprit divaguer et mes nouvelles se transforment généralement en romans, c’est d’ailleurs le cas de La légende d’Iseabail & Keir qui ne devait à la base n’être qu’une nouvelle et voilà que c’est une saga ? Sur le format court, j’essaye de me forcer à explorer des choses qui me sont moins familières !

Votre livre, sélectionné dans le cadre du Prix, évoque la culture et les légendes écossaises. Pourquoi ce choix ? Qu’est ce qui vous a inspiré ?

Je venais tout juste de découvrir Outlander quand une maison d’édition a lancé un concours de nouvelle sur le thème « romance écossaise ». Du coup cela m’a tout de suite parlé. Comme j’adore faire des recherches, j’ai commandé des livres d’histoire, imprimé des cartes d’Écosse et j’ai exploré leurs contes et légendes pour finalement arrêter mon choix sur celle de l’Each Uisge. Ca été un beau moment de partage avec mon mari qui s’est bien prêté au jeu de la découverte du pays. Nous allons même y faire notre voyage de noces l’an prochain tant nous avons eu un coup de cœur !

En combien de tomes est prévue la saga de « La légende d’Iseabail & Keir » ?

En fait ce n’était pas une saga à la base du tout, mais un one shot, sauf que les personnages me harcèlent pour que je continue leur histoire. C’est comme ça qu’est né le second tome. Pour une suite, rien n’est acté encore mais il y aura potentiellement un troisième tome et/ou une aventure parallèle avec des personnages du second tome. Dans tous les cas, je fais en sorte que chaque tome puisse se lire sans avoir à attendre de suite ?

Le fantastique est un élément auquel vous avez déjà fait appel. Qu’est ce qu’il vous plait à travers ce style ?

La SFFF de manière générale me parle beaucoup. J’aime imaginer des univers différents, ne poser aucune limite autre que celle de mon imagination dans mes récits. C’est dommage que le lectorat soit moins ouvert à ces genres là, car ce sont les univers fantastiques qui généralement me font le plus rêver. Un pied dans le réel, l’autre dans l’imaginaire !

Comment avez vous connu le prix des auteurs inconnus ? Qu’est ce qui vous a donné envie d’y participer ?

Comme je suis pas mal de chroniqueurs/euses que ce soit pour mon travail ou le plaisir, j’ai vite entendu parler du Prix sur les réseaux sociaux, notamment via Amélia Varin pour qui j’ai réalisé quelques couvertures de livre. J’ai eu envie de participer car bien évidemment tout mise en avant est bonne à prendre quand on est un auteur inconnu et j’espère faire découvrir Iseabail, Keir et les légendes écossaises à toujours plus de nouveaux lecteurs.

Enfin, finissons ensemble façon portrait chinois 😉

Si vous étiez une devise, vous seriez ? À cœur vaillant, rien d’impossible

Si vous étiez un paysage, vous seriez ? Une plage déserte devant un océan déchaîné

Si vous étiez un sentiment, vous seriez ? Une mutation ? Entre la sensibilité et la force.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :