Catégorie Imaginaire : Osukateï – L’âme de l’Arbre-Mère, Tome 1 : Le seigneur de la branche de Geoffrey LEGRAND – Les chroniques

J’ignore comment les historiens futurs me jugeront. Me verront-ils comme un despote, un tyran sanguinaire, une folle qui renversa le monde ? Ou bien mes actes auront-ils une telle portée qu’ils rachèteront mes crimes à eux-seuls ? Une chose est certaine, mon nom est gravé si profondément dans le bois de la déesse qu’une éternité serait insuffisante pour l’en effacer.

Fille de Seigneur, Luwise Sofunada est éduquée pour succéder à son père. En ce monde pourtant, nul pouvoir n’est héréditaire. Okateï, l’Arbre-Mère qui couvre la terre, désigne ceux qui auront la charge de protéger ses bourgeons. Luwise doit apprendre les devoirs d’une reine et mériter la confiance de la déesse pour hériter du trône.
Mais désire-t-elle réellement cette responsabilité ? Alors que son entourage la pousse dans cette voie, les questions se bousculent. Ses doutes atteignent leur paroxysme lorsque se révèle une connexion particulière avec la déesse. Un don que certains considèrent de mauvais augure.

Les jeunes années de Luwise Sofunada oscillent entre innocence et tragédie, aventure et conspiration. Ce roman d’apprentissage vous emmènera le long des Branches de l’Arbre-Mère, dans les tréfonds de la déesse Plante, à la recherche de l’âme humaine.

 

  • Auteur : Geoffrey LEGRAND
  • Éditeur : Les éditions d’Utoh
  • Nombre de pages : 458 pages
  • Genre : fantasy

 

Ce qu’en ont pensé les chroniqueurs :

 

Les descriptions de l’arbre Mère qui paraissent longues et difficiles à retenir au premier abord, se révèlent très utiles pour comprendre la suite des événements et on se rend compte que toutes les informations données ne sont pas laissées au hasard.

L’écriture de l’auteur est fluide, mais également détaillée avec une grande minutie. La première partie rédigée à la première personne au passé (Luwise) est très intéressante, Luwise pose un regard plus mature sur des événements de son enfance avec énormément de détails. La construction du récit reste très classique : la première partie relatée permet de mieux comprendre les enjeux et les situations développés dans la suite du roman.

De manière générale, Geoffrey Legrand a su développer un univers qui lui est propre et le maîtrise dans les moindres détails. Osukateï est un livre de fantasy qui sort des sentiers battus et qui est très passionnants pour tous les fans de ce genre.

Des plumes et des livres

 

J’ai sincèrement accroché à cette histoire, à ce monde particulier que l’auteur décrit d’une façon détaillée et minutieuse. On y croit, on s’y voit !

Tous les personnages apportent une touche d’authenticité et enrichissent le récit qui est déjà très bien conçu.
Un roman très bien écrit avec une plume riche, délicate, harmonieuse, le rythme est donné pour nous surprendre jusqu’à la fin.

Donc vous l’aurez compris ce fut une très jolie découverte et quoi qu’il arrive je me tiendrai prête pour la suite.

Le voyage livresque de Fabie

 

La spiritualité, la dualité et les parallèles peuvent être faits avec notre monde actuel. La nature, sa puissance et sa générosité m’ont séduite, ce sont les points forts de cet ouvrage de fantasy de qualité.

La plume soignée et enlevée, le vocabulaire fidèle au genre sont les atouts de ce roman, pour une non-initiée à la fantasy comme moi. Je suis très attachée à ces aspects, l’imaginaire doit être développé et m’évader sans me perdre en cours de route. J’y ai trouvé cette pointe de poésie subtile voir pudique des films d’animations de Hayao Miyasaki, l’auteur en fait d’ailleurs une de ses inspirations à la fin de l’ouvrage.

Osukatei est une belle mise en bouche, l’intrigue est plantée, j’ai presque saisi le sens et la construction. C’est une histoire à variations multiples, avec des valeurs malgré une première partie assez dense, je ne peux qu’encourager les amateurs de fantasy et les non initiés à découvrir cet ouvrage (je me répète) de qualité.

Encore un livre

 

L’intrigue reste simple par moment. En effet, un lien avec une déesse, des étapes à réussir pour pouvoir arriver à ses fins… Le schéma n’est pas original. Cependant, les étapes et aventures que va devoir traverser notre personnage principal vont lui permettre de faire le vide dans son esprit. Elle se nourrit de ce qu’elle apprend durant son voyage initiatique. La spiritualité est un élément important dans ce roman. J’ai trouvé cela très sympathique à découvrir.

La plume de Geoffrey Legrand est captivante. Je vais même aller plus loin en disant que je me suis pris une petite claque. Elle est belle, pleine de douceur et de poésie. Dans ce monde où la nature règne en maître, la plume de l’auteur rend toute sa splendeur à cette Mère Nature. C’est très beau.

Satine’s book

 

Si l’intrigue est si passionnante, c’est aussi parce qu’elle est soutenue par une galerie de personnages fort intéressants, à commencer bien sûr par notre héroïne qu’on se plaît à voir évoluer d’un bout à l’autre du récit. Bien vite elle quittera l’insouciance et l’innocence de ses jeunes années pour devenir une jeune femme accomplie, courageuse et déterminée… On suivra chacun de ses pas, on assistera à chacune de ses épreuves, on partagera chacun de ses doutes et on s’y attachera d’autant plus au fur et à mesures que les pages défilent…

Ce roman est d’autant plus prenant et palpitant qu’il est porté par une plume fluide et élégante, servi par un style vif et attrayant… Promesse d’un moment de lecture tout simplement fascinant…

En bref, un premier tome original et captivant à l’issue duquel je n’ai plus qu’une idée en tête : Lire la suite !

Des Livres Et Moi

 

J’ai donc léché, avec ma langueur caractéristique, les mots premiers, doux et enchanteurs, les premiers chapitres, descriptifs et rythmés ; et suivi d’un regard évasif la seconde partie, frêle et soporifique, les aventures de l’héroïne et sa bande de coupains tous plus intéressants les uns que les autres. Mention spéciale pour Vänesine. Ça fait très vaseline, j’aime bien.

In fact, amateurs de fantasy ou pas, vous pouvez vous jeter sur ce bouquin et admirer son univers élaboré comme il se doit quoique je m’y sois quelques fois perdu. Aussi peu engageante m’ait semblé une grosse partie de ce monde, la plume enchanteresse de l’auteur a lénifié le voyage et mené à bon port le chiant lecteur que je suis. Et ça, c’est pas peau de zébi.

Le Sexy Con Fabulateur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :