Catégorie Imaginaire : Dino Hunter d’Olivier Saraja – Les chroniques

 

Sous les feux d’un soleil brûlant, seul un fou oserait traverser les déserts du Texas sans l’aide d’un guide expérimenté. C’est le boulot de Buck, un vétéran au tempérament solitaire et silencieux. Non content de compléter sa retraite, il peut ainsi explorer ces territoires arides à sa guise. Car Buck en est convaincu : un monstre tout droit sorti de la préhistoire se dissimule quelque part. Il le sait. Leurs chemins se sont déjà croisés autrefois. Aussi le jour où Amanda Summers, une brillante chercheuse en bio-ingénierie, loue ses services pour une expédition scientifique sur les rives du Rio Grande, le guide sait qu’il ne s’agira pas d’une promenade de santé : le danger rôde partout. Et les crotales sont le moindre de ses soucis. Mais alors que Buck et Amanda arpentent le désert, tout bascule : une mystérieuse apparition dans le ciel sonne le début d’un véritable lâcher de dinosaures en pleine nature. Et si des extraterrestres planifiaient en secret la résurrection des créatures préhistoriques ? Buck n’a pas d’autre choix que de ressortir les armes : des monstres venus des âges les plus reculés, des aliens insaisissables, une mystérieuse agence gouvernementale, tout concourt à le faire replonger dans un passé qu’il aurait préféré oublier. Après Zombie Kebab, Olivier Saraja reprend les codes du pulp pour nous livrer un récit où se croisent dinosaures, men in black et aliens. Allez savoir ce qui se passe dans sa tête !

 

  • Auteur : Olivier Saraja
  • Éditeur : Éditions du 38
  • Collection : Du Fou
  • Nombre de pages : 256 pages
  • Genre : fantastique – fiction

 

Ce qu’en ont pensé les chroniqueurs :

 

Conduit à un rythme effréné et servi par une plume vive, pétillante, un style tout aussi nerveux et fluide, le roman n’est pas très long mais procure largement ce qu’il faut de sensations fortes et de plaisir pour ne jamais laisser place à l’ennui.

En bref, un roman fun et fort surprenant pour un moment de lecture particulièrement plaisant en perspective !

Des livres et Moi

 

Dans un premier temps, il faut admettre que si vous n’êtes pas connaisseur de dinosaures, vous risquez de trouver la lecture un peu compliquée. En effet, l’auteur ne les décrit pas vraiment, et si vous ne savez pas à quoi ressemblent ces espèces, ça doit être difficile de vous imaginer les scènes.
L’exploitation des dinosaures est bien pensée, et je pense qu’elle peut être crédible. Toutefois, je trouve particulier qu’aucun dino ou presque n’ait de nom. C’est peut-être moi qui suis bizarre, mais en se rapprochant autant d’un animal que le font les Dino Hunters, je leur aurais donné un nom, histoire d’intensifier ou d’officialiser le lien.

Faby

 

Pour contrebalancer, et cela rattrape largement les petits accrocs, j’ai trouvé que l’exploitation des dinosaures, et surtout des relations, qu’elles soient entre eux, avec les espèces animales actuelles, ou avec les hommes, était vraiment approfondie et c’est quelque chose de non négligeable lors d’une lecture : Olivier Saraja a réussi à véhiculer différentes émotions par la simple force de ses mots, et il nous livre des personnages uniques au cœur d’une histoire écrite avec passion.

La tasse ébréchée

 

Au départ, j’ai eu un peu peur : une invasion de dinosaures sur la Terre, le tout envoyés par une horde d’extraterrestres, ça pose question… Mais pourquoi pas, en fait !! Parce qu’en définitive, Olivier Saranja nous entraîne dans son univers de dingue d’une main de maître. On se retrouve avec des dinosaures de tous les noms, d’ailleurs si on veut suivre un peu, mieux vaut chercher à quoi ils ressemblent, sinon on se perd vite tellement il y en a. L’écriture est fluide, le rythme soutenu, on prend plaisir à suivre l’évolution de l’invasion.

En revanche, autant on a quantité d’informations sur les dinosaures, autant je trouve que les extraterrestres, qui, pourtant, ont le premier rôle, sont peu décrits. J’aurais aimé avoir plus de renseignements sur eux…

… Parce que, me voilà complètement dans le livre, l’action est à son comble, et je reste sur ma faim. La fin du livre me laisse perplexe. Un second tome est-il prévu ? Que deviennent les personnages ? Le message est clair, je l’ai bien compris, mais doit-on réellement en rester là ?

Aurore des Bulles et des couleurs

 

Lauren : Finalement, ce roman, qui avait été au départ, une lecture agréable n’a pas su me garder captivée dans la mesure où il finit par traîner en longueur.

Marion : Les idées sont bonnes, mais la mise en place de tout ça, pas tout à fait convaincante. Une lecture longue alors qu’elle semblait plutôt cool. Une petite déception, pour moi.

Vous pouvez retrouver les chroniques des autres membres du jury sur le site du prix pour avoir d’autres avis.

All Men Must Read

 

Avec une écriture vive et rythmée, l’auteur donne corps et cœur à ses « héros » dans un tempo soutenu et effréné.
Avec des dialogues parfois très drôles, des situations de temps à autre cocasses, des flash-back révélateurs, l’auteur a réussi son pari avec un final qui nous pousse à la réflexion.
Le seul petit bémol, pour moi, est qu’il y a un peu trop de… Tout. Trop de composants différents, impressions de déjà vues ou lues, des situations parfois un peu trop tirées par les cheveux.
Bon j’ai quand même passé un bon moment et ça reste une lecture distrayante.

Le voyage livresque de Fabie

Objectivement c’est un bon roman rythmé, avec de nombreux rebondissements, de bons personnages  dans l’équipe des Dino Riders qui plaira sans doute aux lecteurs avides de dinosaures, vie extra-terrestre, agence gouvernementale. Mais trop d’actions visuelles et de diplodocus pour moi !   

Encore un livre

Malheureusement, malgré ces points positifs, je ne suis pas entrée dans l’histoire. Le roman est rythmé, possède de nombreux rebondissements. Dino Hunter plaira sans doute aux lecteurs avides de dinosaures, d’extra-terrestres et d’agence gouvernementale secrète. Seulement, ce ne sont pas là mes goûts en matière de lecture.

Des plumes et des livres

Je me suis retrouvée avec une impression de Men In Black couplée à Jurassik Park. N’étant pas forcément hyper fan de ces deux univers, j’ai eu du mal à m’accrocher dans ma lecture. Je reconnais, bien volontiers, le talent de l’auteur, cependant, ce n’est pas un univers pour moi. Ce sont simplement des choix personnels ici. Je suis une lectrice plutôt fleur bleue alors imaginez ma tête quand un personnage court après des aliens.

Néanmoins, l’auteur est parvenu à me faire sortir de ma zone de confort. J’ai trouvé cela très sympathique.

Satine’s book

Même si je n’ai pas adhéré totalement à cette lecture, j’en garde une assez bonne impression. J’ai été touchée par le personnage de Buck et son histoire singulière. J’ai aussi beaucoup aimé la relation qui se met en place entre Amanda et lui. Les dialogues ont du mordant et la plume de l’auteur est entraînante. Son style est plein de peps et je serais curieuse de lire un autre de ses écrits. Je vous invite donc à vous faire votre propre idée sur Dino Hunter.

Maya au pays des livres

La plume de l’auteur n’est pas toujours très fluide et nous nous sommes retrouvés un peu perdu entre les Flashbacks et les moments présents malgré tout celle-ci est captivante et addictive. On ne s’ennuie pas une seule seconde.

En conclusion, un récit riche en action, avec un final qui peut laisser certain lecteur sur leur faim. Nous le conseillons à toutes les personnes aimant la science-fiction et les histoires apocalyptiques.

Notangel & Jay

J’ai été agréablement surprise par la morale et la fin de l’histoire. Je m’explique. J’ai été surprise non pas par cette morale, mais par le fait qu’elle soit présente dans ce livre. Elle y est à juste titre, mais je ne m’y attendais pas, c’est une très bonne surprise.

Pour résumer mon avis sur ce livre, malgré la déception quant à la couverture et un manque de profondeur au niveau des émotions, ce livre est tout en action, en bonnes idées et fait réfléchir sur la place et le comportement des humains sur la Terre. C’est une belle découverte, et enfin un livre de science fiction qui a trouvé grâce à mes yeux.

La caverne d’Ankya

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :