Lauréats du Prix des Auteurs Inconnus 2017

Après une année à découvrir des titres, tous aussi intéressants que les autres, quelques coups de cœurs de nos chroniqueurs, il est temps pour nous de vous annoncer les Lauréats du Prix pour la session 2017.

 

Félicitations à Marjorie Levasseur, lauréate de la catégorie Réalisme avec son roman « Ces oiseaux qu’on met en cage« .

SAMUEL, FABRICE, MANON, FRANCK, ANNE-LISE…
Vu de l’extérieur, leur vie semble parfaite, mais doit-on toujours se fier aux apparences ? Un jour, arrive le geste de trop, l’événement qui fait dérailler la marche routinière du train de l’existence. Les masques tombent, le vernis craque.
Au fil des rencontres, des tragédies, apparaît la nécessité pour ces jeunes gens et leur entourage d’évoluer, de retrouver une liberté perdue…
D’ouvrir la cage, quel que soit le prix à payer.

 

Félicitations à Léna Lucily, lauréate de la catégorie Imaginaire avec son roman « Sorceraid« .

Nora est une jeune diplômée, blogueuse mode à ses heures, qui vit à Londres et cherche du travail ! Lorsqu’elle découvre cette alléchante offre d’emploi sur Internet, elle ne se pose pas de question : elle fonce… Droit dans un bus ! Accident dont elle ressort sans une égratignure.
Cet exploit lui vaut d’être embauchée chez Sorceraid, société de conseil en solutions magiques. Nora passe donc ses journées à fournir à des sorciers décadents (ayant utilisé l’intégralité de leurs ressources en magie) les solutions aux problèmes existentiels de leur quotidien, tels que la résurrection d’Elvis Presley pour un anniversaire ou la traque d’un fantôme inopportun.
Bienvenue chez Sorceraid !

 

Félicitations à Ludivine Delaune, lauréate de la catégorie Romance avec son roman « Et puis un jour…« .

Sarah a trente ans et a oublié d’exister par elle-même. Plongée dans ses obligations, elle survit au lieu de vivre…
Gino enchaîne les conquêtes, ne touche plus aux sentiments. Il s’est forgé une carapace d’homme à femmes. Il a choisi de vivre à moitié plutôt que de tout donner…
Jamais ils n’auraient dû se croiser…
Et puis un jour…

 

 

Félicitations à Carl Pineau, lauréat de la catégorie Premier Roman avec son roman « L’Arménien« .

Nantes, 22 décembre 1989. Le cadavre de Luc Kazian, dit l’Arménien, est retrouvé en forêt de Touffou. Deux balles dans la peau, et partiellement calciné. Assassiné. Mais par qui ? Et qui était vraiment l’Arménien ? Un trafiquant de cocaïne notoire, comme le pense l’inspecteur Greg Brandt ? Un copain de virées avec qui écumer les bars et draguer les filles, comme le voit Bertrand, son premier et peut-être unique ami ? Un jeune orphelin perturbé, mais à l’esprit vif et éveillé, comme le pense Françoise de Juignain, sa psychiatre depuis 20 ans ? Rien de tout cela, bien plus encore ? De la place Graslin au Château des ducs de Bretagne, des ruelles pavées du quartier Bouffay aux bars à hôtesses du quai de la Fosse, des pavillons de Rezé aux immeubles de Bellevue, Carl Pineau fait revivre dans ce thriller noir toute l’ambiance du Nantes des années 80.

 

Une page se tourne…

Nous remercions toutes les personnes qui se sont investies, malgré les envies de tout laisser tomber ! De tout envoyer balader ! Votre présence et soutien indéfectible ainsi que votre engagement ont été notre moteur pour ne rien lâcher!

Nous avons perdu du monde en cours de route… Mais nous avons eu un nouveau souffle grâce à l’implication de nos chroniqueurs qui n’ont rien lâché!

Je vous souhaite, je nous souhaite une deuxième session encore meilleure…

Merci !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Une réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :