Catégorie Réalisme : Aztèques – Les chroniques

Huaxca, 1516
Une attaque des Aztèques,
Une fille de chef vendue comme esclave dans un harem.
Sur sa route, intrigues, manipulations et meurtres.
Une course effrénée vers le pouvoir.
Des femmes qui se servent d’elle,
Qui jouent avec sa vie,
Pour séduire un Maître mystérieux et sans pitié.
La mort peut frapper derrière chaque porte.
Mais au-delà de ces épreuves, une question se pose : existe-t-il une cage assez grande pour la fille de l’aigle ?

  • Auteur : Eric Costa
  • Auto-édition
  • Nombre de pages : 252 pages
  • Genre : roman historique

Ce qu’en ont pensé les chroniqueurs :

Envie de dépaysement ? Avec « Aztèques », c’est garanti ! Découverte du Mexique Précolombien, ainsi que des us et coutumes du peuple Aztèques.
Ameyal, jeune fille promise à un avenir de prêtresse ou de femme de chef de village, voit son destin basculer, suite au massacre de tous les membres de son village.
Pas le temps de pleurer les morts, Ameyal se retrouve esclave. Sa vie est en sursis, un monde inconnu, de nouvelles règles…
Une lutte permanente pour sa survie, mais aussi pour sa liberté. Trahisons, manigances, tortures… Alors oui, certains passages sont violents, mais de tout temps (encore aujourd’hui), des atrocités sont commises. Et puis, si des scènes peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes, cela n’est-il pas la preuve du talent de l’auteur à les décrire ? D’autre part, il ne s’agit pas de généralités, mais d’actes isolés.

Le Phare littéraire.

Une civilisation qui m’a toujours fascinée mais dont je ne sais finalement pas grand chose. Si l’auteur nous dévoile le décor et nous présente Ameyal en un temps record, c’est pour ensuite nous entraîner au coeur même d’une intrigue particulièrement prenante et fascinante, empreinte de violence mais aussi d’authenticité et d’exotisme. Fort de descriptions offrant au lecteur une immersion complète dans l’histoire, l’auteur nous fait ensuite intégrer le Harem à l’instar d’Ameyal où les complots comme les dangers sont légions, ce qui n’est pas sans ajouter de l’attrait à une intrigue déjà riche et pleine de suspense, tant et si bien que la fin a de quoi frustrer.

Des livres et moi.

Les personnages sont vraiment bien décrits et construits. J’aime particulièrement le personnage principal, Ameyal, qui est une jeune fille vraiment déterminée çà se libérer de la condition d’esclave dans laquelle elle s’est retrouvée, et ce malgré les horreurs et les tortures qu’elle subit. J’admire sa force de caractère.
L’histoire se scinde en deux parties : la première, dans le village d’Ameyal, où elle vit son adolescence et sa vie de fille de chef, avec toutes les préoccupations que cela entraîne. L’attaque de son village par les Aztèques, est vraiment bien écrite, on s’y croirait. La deuxième partie raconte sa vie au harem, et à mon avis, le livre devient encore plus intéressant. Certes, l’action est moins présente, mais la vie quotidienne, les plans et les intrigues de cour sont vraiment passionnants. On se demande à chaque fois comment Ameyal va se sortir de cette situation.

Faby de Beltane (lit en) secret.

L’intrigue est très bien ficelée et nous promet de passer un moment de lecture très intense et excellent. C’est vraiment une très belle aventure que j’ai pris plaisir à découvrir. Ma lecture ne s’est pas essoufflée. Cependant, j’avoue que les chapitres ont été un tantinet trop longs pour moi, j’aime faire des pauses (cafés, céréales, chocolats) dans mes lectures et ici, ça m’a paru long.
Autre chose que j’ai pu découvrir à travers ce roman c’est la plume d’Eric Costa. Il y a un travail en amont qui est magnifique. C’est vraiment très bon et beau à lire. Il y a la passion qui déborde des mots de l’auteur et c’est terriblement bon ! Ce qui est très surprenant, c’est le naturel avec lequel on est plongé dans l’univers des Aztèques.

Satine’s Books.

Les Aztèques, les Mayas… ce sont des civilisations dont on entend peu parler dans la littérature alors c’est un véritable plaisir de pouvoir en apprendre davantage sur eux, à travers un récit fictif plein d’aventures. D’autant qu’Eric Costa nous livre un récit historique proche de la réalité nous permettant de découvrir ses sources à la fin de ce premier tome. Ce roman nous entraîne donc à la découverte d’une civilisation disparue : les Aztèques. J’avoue ne pas avoir lu beaucoup de choses sur le sujet, mais je connais évidemment cet aspect de cette culture : les harems. Les concubines, les épouses, et les esclaves… Dans cette civilisation, tout doit être à sa place. Rien ne doit dépasser, aucune exception n’est permise sous peine de sanctions. Et pourtant… Et pourtant, Ameyal, jeune femme farouche, est bien décidée à mettre à mal l’ordre établi, se joignant (malgré elle ?) aux intrigues du harem.

Les histoires d’Amélia Culture Geek.

Concernant l’histoire, j’ai vraiment apprécié le personnage principal…Jeune femme à fort caractère qui refuse de se plier aux règles du harem mais qui n’est pas assez « perverse » pour s’en sortir… Enfin au début 😀 !
Ah ! ces femmes : tordues, manipulatrices, jalouses…tout ça pour plaire à un homme (laid de surcroît 😀 ). Bon ok c’est pas pour l’homme, ce serait trop basique ! C’est pour le POUVOIR …. et franchement c’est un vrai plaisir à lire, suivre, chercher à savoir laquelle finalement aura le dernier mot (en dehors d’Ameyal, notre héroïne, qui dans ce tome est surtout une exécutrice par imprudence 😉 )
Un roman qui se lit vite, riche en rebondissements et des personnages féminins plus tordus les uns que les autres ( heu je précise que ceci est un compliment….il est tellement rare de lire des romans où finalement ce sont les femmes qui « mènent le monde » 😉 )

Lectures Familiales.

A propos de l'auteur

Lectrice avide de découvertes, Amélia a à cœur d'aider les "petits" auteurs à se faire connaître, à travers son blog Culture Geek et Cie, mais aussi dorénavant à travers ce prix.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :