Interview : Marjorie Levasseur

Marjorie Levasseur est l’auteur du roman Ces oiseaux qu’on met en cage, concourant dans la catégorie Réalisme.

  • Avec cinq romans à votre actif et une nouvelle, on peut se demander où vous trouvez l’inspiration ?

Dans la vie de tous les jours, tout simplement, en observant ce qui m’entoure. Parfois même l’idée d’une histoire peut surgir lors d’un rêve, je ne choisis pas vraiment le moment où l’inspiration me vient.

  • Parlez-nous un peu de votre univers.

Mes histoires sont toujours très ancrées dans la réalité. Je serais incapable de planter le décor d’un roman dans un monde imaginaire. Je trouve qu’il y a bien assez de sujets à explorer dans notre quotidien.

Mes romans sont des tranches de vie, avec des personnages aux caractères variés, mais qui ont tous un point commun, celui de ne pas avoir été épargnés par la vie. C’est pour cette raison qu’il y a toujours une part de drame dans mes récits, même si, au final, j’essaie toujours de délivrer un message positif. Mes personnages sont malmenés, mais évoluent, se reconstruisent, grâce aux rencontres qu’ils font. L’amour, l’amitié, la solidarité, mais aussi les liens intergénérationnels sont très présents.

  • Pourquoi vous être lancée dans l’écriture ?

J’ai toujours aimé l’écriture. Ado, je tenais un journal, écrivais des poèmes, des textes de chansons, étant de nature très réservée, écrire était, et est toujours, une forme d’expression dans laquelle je me sens plus à l’aise. Et puis vers la vingtaine, j’ai commencé à rédiger des synopsis de romans policiers, de thrillers (je ne lisais que ça à l’époque), sans jamais aller plus loin dans le développement de l’histoire.

J’ai toujours eu une imagination débordante, des idées plein la tête, mais le déclic s’est fait dans mon ancien travail. J’étais aide-soignante et les personnes dont j’assurais les soins aimaient souvent me raconter leur jeunesse. C’est en écoutant le récit d’une dame me narrant son enfance sous l’Occupation que le personnage de Madeleine (cf ma trilogie) s’est imposé à moi. Le reste de l’histoire est venu se greffer autour d’elle.

  • Ces oiseaux qu’on met en cage concourt dans la catégorie Réalisme, pourquoi ce choix de titre ? Ne pensiez-vous pas qu’un titre trop long pouvait paraître lourd ?

Mes titres de romans ont tous plus ou moins cette longueur. Cela vient du fait qu’ils sont presque tous tirés d’une phrase clé dans le récit, une phrase qui illustre totalement l’histoire. Il est impossible parfois de faire des coupes.

Trop longs ? Je l’ai craint au début, mais pourquoi réduire son message à deux mots ? Je vois de plus en plus de titres bien plus longs que les miens et, sincèrement, en tant que lectrice, ça ne me rebute absolument pas ! 😉

  • Votre roman traite de thématiques fortes comme la violence conjugale, psychologique, etc… Sont-ce là des thèmes qui vous tiennent à cœur ? Pensez-vous qu’un roman doit faire réfléchir le lecteur ? Faire en sorte qu’il s’interroge sur la société ?

Non, un roman ne doit pas forcément faire réfléchir le lecteur. Personnellement, quand j’attaque la lecture d’un roman, c’est pour me distraire, m’évader, mais si au passage l’histoire me donne matière à réflexion, alors, oui, pourquoi pas ?

Pour Ces oiseaux qu’on met en cage, j’ai fait le choix d’aborder des sujets plus sombres, d’écrire une histoire beaucoup moins légère. Malheureusement, la violence telle que je l’ai abordée dans ce roman est toujours d’actualité, et je trouve qu’on n’en parle pas assez, ou pire, que parfois on la banalise. Et je voulais traiter de cette violence dans un milieu où l’on ne s’attend pas forcément à la trouver. On est souvent surpris de ce que peut cacher un couple en apparence parfait, une famille visiblement sans histoires.

  • Te revoir à Penn Avel est votre dernier roman paru, où les personnages sont travaillés, à la psychologie détaillée. Est-ce votre marque de fabrique ? De donner une véritable consistance à vos personnages ?

Quand j’ai mon idée de départ en tête, la première chose dont je m’occupe, ce sont des personnages, effectivement. Je dresse une liste des protagonistes principaux, en fait une description détaillée, aussi bien physique que psychologique, souligne leur rôle dans l’histoire, les évènements de leur passé qui ont fait ce qu’ils sont aujourd’hui et la façon dont ils vont évoluer.

Les personnages font l’histoire. Il est important pour moi qu’ils marquent les esprits, à leur manière. Quand les lecteurs me disent que j’arrive à rendre mes personnages attachants, cela me touche énormément.

  • Vous êtes auteur, certes, mais lectrice également, quels sont vos derniers coups de cœur livresques ?

Je lis énormément, c’est vrai, beaucoup d’auto-édités depuis un an, mais je reste aussi très attachée à mes auteurs édités préférés. J’ai énormément de coups de cœur livresques, mais le tout dernier en date a été pour « Do you remember ? » de Lucie Renard et Laureline Roy. Il y a des auteurs qui ne me déçoivent jamais, aussi bien dans l’auto-édition que dans l’édition traditionnelle. Je suis en train de lire le dernier roman d’Agnès Martin-Lugand et je sens déjà que je vais adorer.

  • Avez-vous des projets ? D’autres romans en cours d’écriture ?

J’ai commencé l’écriture de mon sixième roman, le tout début, car pour l’instant je suis plutôt concentrée sur mon premier Salon qui aura lieu le 7 avril prochain à Nevers, près de chez moi, donc.

J’ai également d’ores et déjà en tête l’histoire de ce qui sera mon septième roman, mais j’essaie de ne pas trop y penser afin de ne pas me disperser !

Je participe également le 26 mai prochain au Salon de l’Auto-Edition de Pierre-Bénite. Je serai sur un stand auteur et l’un de mes romans concourt pour les Indés Awards 2018 dans la catégorie romance.

  • Pour terminer, un petit mot à vos lecteurs ?

Je voudrais leur dire un énorme merci ! Merci pour l’accueil toujours enthousiaste de ceux qui me suivent depuis mes débuts à chaque nouvelle sortie d’un de mes romans. Merci pour ces petits messages qui font chaud au cœur et ce soutien indéfectible sans lequel il serait beaucoup plus difficile pour un auteur de vivre sa passion.

Ma résolution pour cette année est de sortir de ma bulle pour venir à leur rencontre et j’espère voir quelques-uns d’entre vous eux différents rendez-vous prévus cette année !


Retrouvez Marjorie Levasseur sur :

Site : https://www.marjorielevasseurauteur.com/

Page facebook : https://www.facebook.com/marjou.Lev/

Retrouvez les chroniques sur ce roman ici.

A propos de l'auteur

Lectrice avide de découvertes, Amélia a à cœur d'aider les "petits" auteurs à se faire connaître, à travers son blog Culture Geek et Cie, mais aussi dorénavant à travers ce prix.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :