Catégorie Réalisme : Mal dans la peau – Les chroniques

Marie et Carole, deux amies d’enfance originaires de Lille, se trouvent séparées quand Carole part vivre avec son mari Fabrice dans un petit village retiré de l’arrière-pays niçois.
Elles décident alors de s’écrire, mais au cours de ces échanges, la Carole que Marie connaissait si bien semble peu à peu s’effacer…
Que lui arrive-t-il et quel secret cherche-t-elle à cacher derrière ces mots si minutieusement pesés ?

  • Auteur : Ghislaine Bizot
  • Éditeur : éditions Calepin
  • Nombre de pages : 210 pages
  • Genre : roman épistolaire de littérature générale

Ce qu’en ont pensé nos chroniqueurs :

Un format épistolaire…
Ce n’est pas tous les jours que l’on trouve ce type de littérature dans les romans contemporains et j’avoue avoir été, d’abord sceptique, puis j’ai ensuite totalement adhéré au format. Il faut dire aussi qu’il participe grandement à l’intrigue et nous permet de nous immiscer dans la vie de Carole et Marie de façon bien plus intimiste, que ce qu’aurait donné un roman « classique ». Nous avons donc deux personnages, deux meilleures amies, très fusionnelles, qui, du fait de l’éloignement de l’une, vont s’échanger des lettres, pour se raconter leur vie, ne pas se perdre de vue… Mais voilà, les lettres de Carole inquiètent Marie, et à juste raison. Elle fait part de sa solitude, de sa relation tumultueuse avec son mari Fabrice, de ses sentiments, … Marie, jeune femme indépendante et déterminée, va chercher à en savoir plus. Mais parfois, on aurait préféré un mensonge à la vérité… Le roman est donc construit ainsi, un enchaînement de lettres, entre Carole et Marie, mais également entre Carole et ses parents. Tout ceci entrecoupé de texto, et de narration à la première personne concernant des moments de la vie de Carole.

Les histoires d’Amélia Culture Geek.

Carole déménage pour suivre Fabrice, muté pour son travail dans la région de Nice. Ils emménagent dans une maison à la campagne, dans un village éloigné, où Carole tourne vite en rond. Elle a laissé à Lille sa famille et ses amis, dont Marie, sa meilleure amie. Comme elle n’a pas de téléphone fixe et que le portable ne passe pas, Marie et Carole décident de s’écrire pour ne pas perdre le lien. A travers les lettres, Marie voit son amie changer et devine que quelque chose ne tourne pas rond. Mais comment faire parler son amie sans la braquer ? Comment lui ouvrir les yeux sans risquer de la perdre ?
Dès le départ, on sent la relation très forte entre les deux jeunes femmes. Elles souffrent de la séparation géographique et Carole va trouver du réconfort dans le fait de pouvoir parler à sa meilleure amie. Pourtant, on comprend qu’elle ne lui dit pas tout, notamment grâce aux extraits de ses pensées et cette rengaine « Carole aime Fabrice. Fabrice aime Carole ». Au départ, on se demande pourquoi…. Puis très vite on comprend que Carole ne veut pas admettre qu’elle est malheureuse dans son mariage. On apprend au fil des lettres qu’elle s’est mariée peu de temps après sa rencontre avec Fabrice et ce dernier semble avoir des idées très arrêtées sur la place et le rôle d’une épouse. On comprend que Carole ne s’épanouit pas comme elle le devrait et on se demande jusqu’à quel point elle est brimée par son mari….

Les Miss chocolatine bouquinent.

A propos de l'auteur

Lectrice avide de découvertes, Amélia a à cœur d'aider les "petits" auteurs à se faire connaître, à travers son blog Les histoires d'Amélia Culture Geek, mais aussi dorénavant à travers ce prix.

Articles similaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :