Catégorie Premier Roman : Le Silence des Aveux – Les chroniques

Lille, novembre 2010, le corps sans vie d’une adolescente est retrouvé près de la Deûle enneigée, dans d’étranges conditions. Cheveux scalpés, habillée mais sans sous-vêtements, un billet de vingt euros dans la main, tout prête à croire qu’il s’agit d’un crime sexuel. Véronique De Smet, commissaire chargée de l’affaire semble piétiner, les meurtres s’enchainent et l’enquête est au plus bas.
Pourtant, un revirement de situation permettra à Véronique de mettre la main sur le présumé meurtrier, un trentenaire qui semble être le coupable idéal. Mais, l’est-il vraiment ?
Aidée de l’inspecteur Bernier, Véronique réalisera un travail de fond, sur l’enquête et sur elle-même, pour démêler cette affaire, où rien ne semble être ce qu’il parait…

Auteur : Amélie de Lima

Éditeur : Auto-édition

Nombre de pages : 422

Genre : Polar/roman noir

Ce qu’en ont pensé nos chroniqueurs :

cliquez sur les liens des blogs pour lire les chroniques complètes

 

Malgré les nombreux retours positifs sur ce roman, j’ai commencé ce roman avec une certaine appréhension. Cette inquiétude a fait que j’ai eu du mal à rentrer dans le livre, et quand par dessus le marché je fais une erreur d’interprétation… Aïe ! Aïe ! Aïe ! C’est vraiment compliqué 😦 !!

Mais bon, je persiste, il faut dire que les personnages sont vraiment complexes et intéressant… en plus Amélie de Lima nous les dévoilent de manière progressive au fil de l’enquête. Des petites bribes à droite à gauche qui maintiennent l’attention du lecteur en éveil.

Magali, Lectures Familiales

 

Ce livre aurait pu être un énième thriller, simple, classique, mais l’auteur, bouscule nos attentes et le lecteur plonge dans un thriller psychologique d’une grande qualité et diablement bien construit… Le tout est décortiqué, amené avec parcimonie pour un final explosif…

L’auteur distille les indices et tente de perdre son lecteur à travers plusieurs réflexions… J’ai été embarquée dans une intrigue avec des personnages que j’ai eu plaisir à découvrir, à apprécier, ne pas comprendre… J’ai eu de l’empathie pour certains et détesté d’autres…

Julie, Ju Lit les Mots

Le lecteur se laisse très facilement happer par ce thriller plutôt sombre et psychologique, mais aussi hors du commun, particulièrement bien construit et maîtrisé. Prenant le temps d’installer son intrigue, l’auteure distille ensuite les indices au fur et à mesure des chapitres. Soumis à un suspense haletant et brillamment maintenu tout au long du récit, le lecteur ne peut ne peut dès lors s’empêcher de tourner les pages jusqu’à un final particulièrement réussi.

Aurélie, Des Livres et Moi

L’auteure a fait un super boulot sur la psychologie des personnages. Enquêteurs, amis, victimes, assassin….. Ils sont tous travaillés profondément. Si on frôle les clichés à de nombreuses reprises, elle ne semble pas s’être reposée là dessus, et j’aimerais bien connaître le temps qu’elle a passé à établir le profil de chacun d’eux! (…) En revanche, je dois l’avouer, le rythme souffre de certaines zones d’ennui. Il aurait pu perdre une bonne quarantaine de pages. Si l’histoire s’ouvre sur un meurtre, il faudra patienter une centaine de pages pour que l’enquête s’ouvre. C’est un plus comme un moins, car si ce « trou » ralentit clairement la lecture, il semble néanmoins essentiel pour poser correctement les personnalités multiples des différents acteurs. (…) En conclusion, un bon thriller psy dans les règles de l’art, mais qui souffre peut être d’un manque d’originalité et d’un rythme un peu long. Mais rien qui ne découragera des passionnés du genre. Et, il faut être honnête, pour un premier essai, Amélie de Lima relève le challenge haut la main!!!

Kathy, Les partages de la bouquiniste

D’une voix à l’autre, ce roman se construit doucement, sans jamais trop en dire. Amélie De Lima a pris la liberté de mettre un peu de son Nord natal dans la bouche de ses personnages, et ça fait du bien. On fouille les esprits jusqu’à avoir l’impression qu’ils ne pourront rien nous cacher, encore moins nous tromper. Dès le départ s’instaure une espèce de proximité presque gênante où chacun lève le voile sur son côté sombre au cours de moments d’introspection et de dialogues si réalistes qu’ils en sont troublants. Personne n’est épargné, encore moins le lecteur, car faute de piste réellement exploitable, l’enquête se veut de plus en plus éprouvante pour tous ceux qui y sont mêlés. (…) Le Silence des aveux est un premier roman « avec les maladresses d’un premier roman », mais qui révèle le potentiel d’une plume noire, sèche, rentre-dedans. L’authenticité au service de l’horreur humaine. Efficace.

Mélissa, Le kilomètre manquant

 

Vous l’aurez compris, je n’ai pas accroché. Pas parce que le livre est mauvais. Simplement parce que je n’ai pas réussi à rester concentrée sur l’histoire. Un mauvais timing peut-être, je n’étais pas dans les meilleures dispositions pour le lire à ce moment-là. Pour autant, j’ai trouvé qu’il était bien travaillé. Les intrigues sont plaisantes, rythmées. Néanmoins, j’ai eu l’intuition de connaitre le tueur au premier tiers de ma lecture et je ne m’étais pas trompée. Là encore, ce n’est pas de la faute de l’auteur. Je me suis basée sur mon feeling, pas sur les indices du récit. J’aurai aussi bien pu me tromper, ça m’arrive souvent. Pour autant, c’est assez étrange, mais j’ai envie de lire la suite. Parce que si j’ai été déconnectée du livre sur une bonne moitié, la seconde partie m’a particulièrement plu. Un rythme plus marqué, une ambiance plus complexe, et un peu plus sombre encore. La psychologie des personnages s’y exprime avec brio alors qu’elle est un peu éparpillée dans la première moitié du livre. Aucun doute, je donnerai une seconde chance à Véronique.

Virginie, Beltane (lit en) Secret

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :