Interview : Jocelyne Tribot

Jocelyne Tribot est l’auteur du roman Mon combat, concourant dans la catégorie Réalisme.

  • Vous êtes l’auteur de plusieurs romans, certains sortis en auto-édition, d’autres chez des maisons traditionnelles, parlez-nous un peu de vous, votre parcours littéraire. Ce qui vous a poussé à écrire.

Oui tout à fait. Je suis née en Haute Vienne en 1981. Adolescente déjà, je rêvais d’écrire mais je n’ai jamais sauté le pas. Ce n’est qu’en 2010 après une embolie pulmonaire massive que j’ai décidé de tenter de faire publier mes écrits. J’ai commencé par me faire publier chez « Edilivre » et en auto-édition, puis j’ai fait reprendre mes manuscrits dans une maison d’édition « Évidence Éditions ». Je suis maman de six enfants, dont certains sont passionnés par la lecture et l’écriture.

  • Mon combat a été sélectionné pour participer au prix des auteurs inconnus, qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ? Pourquoi aviez-vous décidé de le proposer ? Qu’attendiez-vous ?

J’ai eu du mal à y croire lors des résultats, je ne pensais pas être dans les sélections surtout qu’il y avait beaucoup de participants. J’avais proposé Mon combat car je voulais faire découvrir ce livre qui a été aimé par beaucoup de lecteurs dans ma région et l’opportunité d’avoir d’autres avis de chroniqueurs pour un prix m’a vraiment plu.

  • Mon combat s’inscrit dans le genre de la littérature générale, pouvez-vous nous parler un peu de ce roman, qui semble d’ailleurs assez court ?

C’est mon premier roman, je souhaitais qu’il soit très psychologique, ce que j’ai visiblement réussi à faire en tenant le lecteur au maximum dans le doute jusqu’à la fin. J’aurais pu rajouter quelques pages, mais je n’ai pas voulu gâcher le suspense ou ennuyer le lecteur, c’est pour cela qu’il est assez court et les chapitres se finissent sur des suspenses ce qui fait que le lecteur ne lâche pas le livre jusqu’à la fin afin de découvrir la vérité. Donc l’histoire d’Abby qui sort du coma et ne connaît personne de son entourage, mais voit une femme qui n’est pas réelle est juste une histoire qui intrigue.

  • D’où vous est venue l’inspiration pour écrire ce roman ? Vos personnages proviennent-ils de votre entourage ? En lisant le résumé, on pourrait penser à un témoignage, est-ce délibéré ?

L’inspiration m’est venue d’un coup, j’avais envie d’une histoire originale qui sort de l’ordinaire avec une héroïne qui ne sait plus qui elle est vraiment. Je me suis toujours demandée comment les personnes qui sortent du coma, réagissent face à leurs proches quand ils ne savent plus qui ils sont et c’est là que j’ai créé Abby et je me suis mise dans sa peau. Qu’est ce que je dirais à sa place ? Puis tout s’est enchaîné pour une histoire qui tenait la route en laissant le maximum le lecteur en haleine. Pour le résumé, je souhaitais aussi qu’il soit très évasif pour que le lecteur soit intrigué, mais je ne cache pas que l’on m’a demandé plusieurs fois si c’était un témoignage et j’ai eu aussi des personnes qui ont été dans le coma qui se sont retrouvées dans les scènes où Abby a des flashs sur son passé. Donc je suis assez contente d’être le plus dans la réalité côté descriptif en retrouvant la mémoire perdue.

  • Vous êtes l’auteur d’autres ouvrages, tels que Le caissier de mes rêves ou encore Océan d’amour, océan de la peur. Parlez-nous un peu de ces livres.

Tout d’abord, Océan d’amour océan de la peur est une nouvelle. Elle raconte le calvaire de Maémie, une petite fille qui subit un tsunami où elle perd sa famille dans d’atroces conditions. Elle va suivre une femme et son bébé pour survivre.

Il y a aussi Valentine mon troisième ouvrage, un roman sentimental. Valentine c’est une femme de trente ans qui n’ose contrarier ses parents qui sont très spéciaux, elle est artiste peintre et son père est contre le fait qu’elle en fasse son métier, car pour lui ce n’est qu’un loisir. Elle fait la rencontre d’un sans-abri et tous les deux se sauvent la vie mutuellement. Une amitié va naître entre eux. Elle doit faire face à ses parents et ce sans-abri.

Le caissier de mes rêves est plutôt de la comédie romantique, érotique. Mon héroïne s’appelle Clarisse et elle a le coup de foudre pour le caissier où elle passe son entretien. Elle fait tout pour aller faire ses courses pour le voir, jusqu’à ce qu’elle soit embauchée et qu’elle puisse le regarder comme elle le veut. Le beau Benjamin est déjà prisé par quelqu’un et la jalousie est de la partie. Clarisse va faire des rêves où elle se retrouve dans des situations très gênantes.

  • Vous êtes écrivaine, mais êtes-vous également lectrice ? Que lisez-vous ? Avez-vous des auteurs à recommander ? Des romans ?

Oui, je lis aussi beaucoup. Les auteurs que je lis le plus sont Lisa Gardner et Guillaume Musso. J’aime leurs écritures et les intrigues qu’ils écrivent. Je crois que j’ai lu tous les livres de Lisa et dès qu’il y en a un qui sort en français, je me le procure. Sinon, je lis aussi d’autres auteurs moins connus et aussi les témoignages. Du moment que le résumé m’intrigue, je suis intéressée. Il y en a tellement que je ne sais pas quels auteurs ou romans recommander.

  • Avez-vous des projets ? D’autres récits à venir ?

Oui, j’ai d’autres projets en cours. Des manuscrits qui demandent à être fini, mais le temps me manque un peu alors je prends mon temps en sachant que mon témoignage Maman d’enfants aux pieds bots sort en mars 2018 chez Évidence Éditions.

  • Je vous laisse le mot de la fin, que diriez-vous aux lecteurs pour leur donner envie de découvrir vos écrits ?

Merci pour cet interview. Mes livres ont tous une morale avec beaucoup de sentiments que je veux faire passer aux lecteurs. J’aime les faire frissonner, sourire, pleurer, tous les sentiments que je peux partager avec eux sont dans mes écrits. J’ai hâte qu’ils découvrent mes meilleurs sentiments.


Retrouvez Jocelyne Tribot sur :

Page facebook : https://www.facebook.com/Mon-combat-de-Jocelyne-Tribot-372405652936996/

Retrouvez les chroniques sur Mon combat, par ici.

A propos de l'auteur

Lectrice avide de découvertes, Amélia a à cœur d'aider les "petits" auteurs à se faire connaître, à travers son blog Culture Geek et Cie, mais aussi dorénavant à travers ce prix.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :