Catégorie Réalisme : Mon combat – Les chroniques

À la suite d’un accident, Abby souffre d’une amnésie après s’être réveillée du coma. Aucun souvenir de son passé ni même de son mari, sa mémoire a été totalement effacée. Des images vont alors resurgir, ils la mettront face à des instants inconnus qu’elle seule pourra déchiffrer pour découvrir toute la vérité.

  • Auteur : Jocelyne Tribot
  • Editeur : Evidence Editions
  • Nombre de pages : 144 pages
  • Genre : littérature générale

Ce qu’en ont pensé nos chroniqueurs :

L’écriture est fluide, simple avec ce qu’il faut de suspense pour nous tenir en haleine jusqu’à la fin du roman bien qu’il ne comporte que très peu de pages. En regardant le nombre de pages, je me suis dit que c’était un témoignage et bien non je me suis trompée mais cela ne m’a pas empêchée d’apprécier ma lecture et en m’apercevant justement du genre j’avais peur que tout soit trop vite dévoilé et bien pas du tout.
Dès les premières lignes, on est happé par l’histoire de cette femme qui doit réapprendre à vivre suite à un accident de voiture qui l’a rendue amnésique.

La Marine dévoile ses lectures.

C’est un roman très court, qui ne fait qu’une centaine de pages, mais pourtant tout est là. Le style de l’auteur est limpide et fluide, c’est un bonheur à lire.
L’histoire quant à elle est très bien amenée, et nous est révélée au fur et à mesure. Nous découvrons les enjeux en même temps qu’Abby elle-même, et à aucun moment on ne devine le dénouement.
Lors de son réveil, Abby rencontre une femme, qui lui laisse un appareil photo. Enfin, c’est ce qu’elle croit, car personne n’a vu cette femme, et l’appareil a disparu. En rentrant chez elle, Abby a des « flashs » d’elle enfant, se chamaillant avec son frère. En faisant le tri dans son bureau, et grâce à un retour dans l’hôtel où elle a séjourné avant son accident, tout s’éclaircit peu à peu.

Faby de Beltane (lit en) secret.

Si je regrette que le roman soit aussi court, l’auteure ne perd cependant pas un seul instant pour poser les bases de son intrigue et plonger sans délai son lecteur dans le doute et l’incertitude, l’ignorance et l’incompréhension, à l’instar de notre héroïne…
Et tandis qu’on se glisse dans ses pas pour la suivre dans sa quête de souvenirs et de vérité, le lecteur se laisse gagner par le suspense dont l’auteure a su habiller cette intrigue plutôt bien menée, distillant peu à peu ses révélations au fur et à mesure que les pages défilent avant de parvenir à un dénouement… Dont je doute certes un peu de la crédibilité mais qui n’en reste pas moins surprenant et touchant.

Des livres et moi.

La première impression, durant et à la fin de ma lecture est cette vitesse. Tout va trop vite. On n’a pas vraiment le temps de se poser, d’appréhender la vie d’Abby… Et même elle, ne semble pas avoir le temps non plus. Elle est propulsée dans sa vie, comme si on l’avait poussée d’un coup de coude brutal. Et cette rapidité de l’intrigue rend celle-ci irréaliste. Je n’ai pas réussi à y croire. Tout m’a semblé trop facile, puisque tout est allé très vite, trop vite. Cela m’a laissé un sentiment de roman bâclé. Comme si l’auteur voulait à tout prix arriver à la fin, sans passer par toutes les étapes « barbantes » du déroulement du récit. C’est dommage, car l’intrigue paraît si riche que l’auteur aurait pu développer jusqu’à ajouter bien une centaine de pages supplémentaires. Peut-être serait-ce une piste pour une potentielle réédition, car l’histoire a un potentiel certain, mais qui ne me semble pas exploité correctement.

Les histoires d’Amélia Culture Geek.

Commençons par le titre : Mon combat …. Alors je sais pas vous mais quand on me parle de combat je m’attends à me retrouver face à une certaine adversité. Mais là je me suis retrouvée avec une quête (facile de surcroît) car Abby est vraiment bien entourée dans sa recherche d’identité et elle trouve toutes les réponses avec une aisance extraordinaire. Je n’ai absolument pas ressenti la difficulté qu’elle a dû avoir pour obtenir les réponses.
Concernant l’histoire en soi, tout va beaucoup, beaucoup trop vite, j’ai eu l’impression d’être dans un TGV … ou plutôt d’être dans la gare et de le voir passer sans pouvoir monter dedans. Tout arrive tellement vite que le lecteur n’a le temps de rien. Ni de s’attacher aux personnages, ni de visualiser et de digérer les nombreux événements (parfois irréalistes…bon ça c’est sûrement mon côté bisounours 😛 )

Lectures Familiales.

L’idée de base, quoique pouvant sembler « classique » était plutôt attirante ! Cela aurait pu être une agréable lecture… mais…
À ma grande déception, la plume de l’auteur n’a pas réussi à m’envoûter. J’ai pourtant lu ce livre dans son intégralité, mais je suis passée au travers… non… plutôt je suis restée sur le quai.
Je serai bien incapable de vous décrire Abby ou même les autres personnages, (physiquement mais également leurs personnalités), je n’ai eu quasi aucune indication afin de m’imprégner d’eux.
D’autres personnes ont aimé ce livre, et tant mieux, alors c’est à votre tour de le découvrir et de vous faire votre propre avis.

Le Phare littéraire.

On fait la rencontre d’Abby, une jeune femme qui se réveille en ayant perdu la mémoire. Elle ne reconnait plus rien ni personne. Son mari, Clément, va essayer de l’aide dans l’entreprise de récupération de sa mémoire. Tout au long du roman, on cherche avec Abby des fragments de sa vie et ce qu’elle était sur le point de découvrir avec son amie.
Je trouvais que l’idée était bonne sur le papier. Je vous avoue qu’il ne faisait pas partie de ma sélection mais bon… Après tout, il s’en fut de peu pour que ce dernier n’en fasse partie. La lecture des dix premières pages, de la couverture et du résumé peut être trompeuse, la preuve en est. Mais comme on dit, c’est le jeu ma pauvre Lucette.

Satine’s Books.

Les bases sont vraiment bonnes, le sujet est intéressant, le seul hic pour moi est qu’il a été traité trop vite. Les scènes s’enchainent rapidement sans approfondissement, elles auraient pourtant mérité de l’être, elles auraient répondu à certains questionnements ou détaillé certaines scènes qui en ont besoin. Le roman aurait pu s’épaissir d’une bonne centaine de pages, des sujets importants y sont traités, tellement importants qu’ils méritent plus de détails.
La lecture se fait néanmoins rapidement, il faut dire qu’on est entrainé dans l’histoire, les scènes défilent, un certain suspense est présent car on veut tout de même savoir ce qui est arrivé à Abby, quel est son passé, pourquoi elle a eu cet accident. Tout cela est entrainant dans la lecture, c’est le côté le plus positif, car malheureusement je n’ai pas eu le temps de m’attacher aux personnages, pourtant Abby est une femme pleine de courage et de volonté. Mais, à cause de la rapidité, les autres personnages sont moins travaillés et ils ne m’ont pas marquée.

Marie-Nel Lit.

A propos de l'auteur

Lectrice avide de découvertes, Amélia a à cœur d'aider les "petits" auteurs à se faire connaître, à travers son blog Culture Geek et Cie, mais aussi dorénavant à travers ce prix.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :