Durant plus de deux mois, les membres du jury de la catégorie Réalisme ont lu les résumés, observé avec attention les couvertures, et lu les extraits de 10 pages des 44 romans concourant dans cette catégorie.

Pour rappel, « Réalisme » regroupe les témoignages, (auto-)biographies, la littérature générale et historique,… publiés d’auteur auto-édité ou publiés par des petites maisons d’édition. Cela rassemble donc plusieurs genres au sein d’une même catégorie.

Pour trancher, 6 blogueurs se sont tirés les cheveux afin de sélectionner sur ses maigres indices, leurs 10 romans préférés. Ces indices sont ceux qu’un lecteur lambda peut trouver sur internet. La couverture, le résumé, et souvent, un extrait du début du roman, sont disponibles sur les plateformes de vente en ligne. Ainsi, chaque roman s’est trouvé sur un pied d’égalité. Je tiens à remercier les blogueurs qui se sont impliqués, appliqués, et qui ont su mettre complètement de côté les affinités qu’ils ont avec certains auteurs, allant même, pour certains, jusqu’à refuser de classer les livres qu’ils avaient déjà lus ou refuser des services presse afin de ne pas obscurcir leur jugement.

Afin de laisser un court suspens supplémentaire, voici les blogueurs en question :

Chacun des dix ouvrages qui suivront sera donc chroniqué tout au long de l’année sur chacun des blogs cités précédemment.

Nous arrivons au moment fatidique, il faut désormais donner le nom des sélectionnés.


Une jeune esclave peut-elle faire tomber un Empire ? Lorsqu’elle retrouve son village en feu et son chien éventré, Ameyal se jure d’exterminer les Aztèques qui les attaquent. Mais son courage et sa volonté ne peuvent rivaliser contre les guerriers. Elle perd tout, famille, amis, son village est détruit et elle est emportée. Rabaissée à l’état d’esclave, plongée dans un harem où les intrigues font loi, où sauver sa peau se joue derrière chaque porte, Ameyal doit faire face aux pires injustices, trahisons et humiliations. Au-delà de ces épreuves, une question s’impose : existe-t-il une cage assez grande pour retenir la fille de l’aigle ? Laissez-vous emporter dans un grand voyage, un ailleurs et un autrefois caché au sein d’une civilisation aussi fascinante qu’effrayante.

 

 

 

 


À la suite d’un accident, Abby souffre d’une amnésie après s’être réveillée du coma. Aucun souvenir de son passé ni même de son mari, sa mémoire a été totalement effacée. Des images vont alors resurgir, ils la mettront face à des instants inconnus qu’elle seule pourra déchiffrer pour découvrir toute la vérité.

 

 

 

 

 

 


Marie et Carole, deux amies d’enfance originaires de Lille, se trouvent séparées quand Carole part vivre avec son mari Fabrice dans un petit village retiré de l’arrière-pays niçois.

Elles décident alors de s’écrire, mais au cours de ces échanges, la Carole que Marie connaissait si bien semble peu à peu s’effacer…

Que lui arrive-t-il et quel secret cherche-t-elle à cacher derrière ces mots si minutieusement pesés ?

 

 

 

 

 


Sioban a vingt-quatre ans. Elle est libraire, heureuse, indépendante. Elle a une famille aimante, des amis géniaux et un compagnon. Il est d’ailleurs son seul problème. Il aurait été parfait s’il n’était pas parti vivre en Alsace, supposant qu’elle quitterait tout pour le rejoindre.

Maryse quant à elle a environ cinquante ans. Elle est dépressive, alcoolique, instable. Elle n’est devenue que l’ombre d’elle-même. C’était pourtant une belle femme jadis, sensible et intelligente. Elle enseigne le français et l’Histoire dans un collège. Et elle continuera sans doute cette vie si elle ne se fait pas renvoyer avant, à force d’arriver ivre.

Elles n’ont qu’un point commun. Ce collège où Sioban était élève, dix ans plus tôt. Où elles se sont connues le temps d’une année sans plus jamais se revoir.

Jusqu’à ce soir d’octobre où leurs chemins se rencontrent à nouveau. Sioban ne restera pas insensible face au désarroi de cette femme. Et bientôt, leurs liens naissants les entraîneront sur une pente glissante dont aucune ne pourra repartir inchangée. Laquelle sauvera l’autre et surtout, jusqu’où pourront-elles aller avant de ne plus rien contrôler ?


Le bonheur ? Qui est-il ? Comment le trouver ? Est-on sûr de l’avoir atteint ?
Virginie, jeune bibliothécaire, a pour seule passion de tenir compagnie aux vieilles dames de son village, six compagnonnes qu’elle rejoint tous les soirs.
Pourtant, une rencontre va perturber cet équilibre qu’elle croit être son bonheur.
Pourquoi l’oblige-t-on à remettre toute sa vie en question ?

 

 

 

 

 

 


SAMUEL, FABRICE, MANON, FRANCK, ANNE-LISE…
Vu de l’extérieur, leur vie semble parfaite, mais doit-on toujours se fier aux apparences ?
Un jour, arrive le geste de trop, l’événement qui fait dérailler la marche routinière du train de l’existence. Les masques tombent, le vernis craque.
Au fil des rencontres, des tragédies, apparaît la nécessité pour ces jeunes gens et leur entourage d’évoluer, de retrouver une liberté perdue…
D’ouvrir la cage, quel que soit le prix à payer.

 

 

 

 

 


A l’aube de fêter ses sept cents ans, la Fondation Wallace, créée en l’honneur de William Wallace, est menacée de tomber entre les mains de la mafia irlandaise.
Seule l’héritière légitime du Clan Wallace peut encore préserver son existence et ainsi lui permettre de continuer à œuvrer pour la Liberté à travers le monde.
Leena Normand voit sa vie basculer lorsqu’elle découvre qu’elle est cette héritière.
Commence alors pour elle une quête improbable et périlleuse qui la conduira sur les traces de son valeureux ancêtre, à travers l’Ecosse et son Histoire.
Pour sauver la Fondation et découvrir ses racines, il lui faudra affronter ses ennemis et surmonter bien des épreuves. Elle trouvera en chemin une aide inattendue, celle de… Sir William « Braveheart » Wallace.

 

 

 


A quinze ans, Angela redouble sa seconde. Menacée par sa mère d’être envoyée dans le même lycée professionnel que son tortionnaire de frère, elle se réfugie dans l’écriture. Elle veut vivre de la littérature, mais pour cela, elle doit réussir son année. Sur un forum d’écriture qu’elle fréquente, Angela va trouver de l’aide en la personne de Petite-Fleur.

 

 

 

 

 

 

 


Joseph et Marine Verdier reçoivent leurs cinq enfants, adultes, pour les vacances d’été. Les retrouvailles annuelles sont pour eux l’occasion de se replonger dans des souvenirs sans cesse revisités.
Dans cette famille, marquée par un conservatisme fort, chaque enfant a su intégrer ou se défaire des conventions, à sa manière : Victoire, s’est réfugiée dans un enthousiasme factice permanent, censé combler une vie où la perfection résonne souvent dans le vide ; Amaury, misogyne congénital, fait peser le poids de son mal-être sur les autres ; Guilhem, soucieux d’être aimé des siens n’hésite pas à taire ses revendications et sa personnalité ; les jumeaux, Rosalie et Clément, exilés à Rome, se débattent avec les stigmates laissés par la désagrégation de l’image parentale ; l’un en refusant de quitter le giron de l’enfance, l’une en peinant à s’avouer heureuse dans une histoire d’amour qui la dépasse.
Dans cette famille où tout se conjugue au singulier, les personnalités contradictoires peinent à s’accorder. Des failles, des non-dits, de la rancœur dans cette famille au sens large, mais un amour inconditionnel. Une saga familiale qui retrace l’itinéraire de chacun dans sa construction personnelle et met en relief la façon dont le conservatisme des uns pèse sur l’émancipation des autres.


Plongée dans l’agitation d’un établissement scolaire, Eva fait ses premières armes dans l’enseignement en tant que surveillante. Elle se concentre sur le quotidien, parfois brutal, pour s’extraire d’un passé douloureux et s’empêcher de partir à la dérive. Mais le souvenir de son immersion au cœur d’une favela brésilienne continue de l’obséder bien après son retour à Paris. Avant, après, ici, là-bas, la jeune Eva navigue à vue entre ses identités multiples et nous entraîne dans un monde foisonnant de vie, jusqu’à ce que l’envers du décor impose sa sombre réalité et balaie ses illusions. Des bidonvilles cariocas aux banlieues françaises, elle affronte une violence sans frontières qui la mènera au bout de la quête d’elle-même.

 

 

 

 

 


Félicitations aux sélectionnés !

Vous serez contactés très rapidement afin de vous informer de la suite.

Je tiens à préciser quelques petites choses avant de terminer :

 

  • Être sélectionné vous promet la publication de 6 chroniques tout au long de l’année par les membres du jury. Cela ne veut pas dire que toutes les chroniques seront positives. Nous demandons aux membres du jury de rédiger des chroniques sincères. Les dix premières pages vous ont permis de passer la sélection, cela ne veut pas dire que la globalité du livre plaira à notre jury.

 

  • Ce n’est pas parce que votre roman n’apparaît pas dans la liste des sélectionnés qu’il est moins bon. Il a juste moins plu aux blogueurs du jury de votre catégorie que les autres romans sur la base des éléments fournis. 

 

  • Chacun des membres du jury, toutes catégories confondues, nous a fait part de la grande difficulté de choisir seulement 10 ouvrages parmi la cinquantaine de chaque catégorie. Certains avaient choisi des livres qui n’ont pas été sélectionnés, et ont exprimé leur envie de les lire malgré tout. Plusieurs ont même déjà fait des achats en ce sens. Ne pas être sélectionné ne veut donc pas dire tomber dans l’oubli, vous avez déjà gagné des lecteurs.

A propos de l'auteur

Articles similaires

4 Réponses

  1. Eric

    Un grand merci à toutes et à tous, du fond du coeur !
    J’espère que vous prendrez autant de plaisir à découvrir ces histoires que nous avons éprouvé en les écrivant 😉

    Répondre
  2. sevylivres

    Je suis très heureuse d’avoir passé le barrage des premières sélections, j’espère de tout cœur que vous prendrez plaisir à lire l’ouvrage en entier.

    Répondre
  3. Prix des auteurs inconnus: « Ces oiseaux qu’on met en cage » sélectionné dans la catégorie « Réalisme » – Itinéraire d'une bibliovore en goguette

    […] Ce prix, organisé par Amélia  et Virginie, gérante des blogs Les histoires d’Amélia culture geek et  Beltane lit en secret , connaît sa première édition cette année. C’est une très belle initiative visant à récompenser des auteurs auto-édités ou d’auteurs de petites maisons d’édition, dans quatre catégorie : « Imaginaire », « Romance », « Premier roman » et « Réalisme ». Dix romans ont été sélectionnés pour chaque catégorie et j’ai appris mardi dernier que mes oiseaux avaient été retenus dans la catégorie dans laquelle je les avais inscrits, à savoir, la catégorie « Réalisme ». Vous imaginez ma joie !!! (cf ici ) […]

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :